Tous les articles par Margot Abord de Chatillon

Doctorante au LAET sous la direction de Nathalie Ortar sur la réparation cycliste - étude comparée entre Lyon (France) et Melbourne (Australie).

Enquêter avec les cyclistes

Un lundi, 17h30. J’attends les cyclistes à une intersection, plantée à côté du feu rouge. Dès qu’ils s’arrêtent, je leur tends un papier sur lequel se trouve le lien d’un questionnaire à remplir. Souvent les cyclistes hochent la tête, empochent le papier et s’en vont. Parfois ils restent un peu, malgré le feu désormais au vert, et me demandent : « donc c’est quoi ce projet, exactement ? Ah bon ? Le vélo ? Il faut que vous écriviez qu’on veut plus de pistes cyclables protégées aussi. Peindre une ligne en blanc par terre ça suffit pas. »

Après un an et demi passé à distribuer des questionnaires, rencontrer des mécaniciens et mécaniciennes et membres d’organisations de réparation et à interroger les cyclistes en tous genres sur leurs expériences de réparation, je continue de m’émerveiller de la facilité d’accès des cyclistes comme population étudiée. En comparaison avec les sujets étudiés dans mes travaux précédents, le vélo suscite de l’intérêt et les cyclistes sont toujours ravis d’échanger au sujet de leurs habitudes. Une amie qui a travaillé pour le ministère de la Santé m’a un jour expliqué que les cyclistes ont un meilleur taux de réponse que n’importe quelle autre population. « Même les femmes enceintes, qui sont presque immobilisées et qu’on interroge sur l’être humain qui est à l’intérieur d’elles, répondent moins souvent que les cyclistes ».

L’hypothèse des endorphines

Quelle est la raison de cette bonne volonté des cyclistes, en comparaison avec d’autres échantillons d’étude ? Une première piste de réponse est apportée par un mécanicien avec qui j’ai eu le plaisir d’échanger lors de mon séjour à Melbourne. Celui-ci vient tous les jours garer la remorque-caravane de sa voiture sous un pont, devant la piste cyclable très fréquentée qui longe la rivière Yarra. Il a quitté son emploi de bureau bien payé pour réparer les vélos des passants, et affirme être capable de résoudre avec un peu d’imagination et d’huile de coude les problèmes qui mettent en échec d’autres mécaniciens plus expérimentés et mieux équipés. Ce mécanicien me dit la chose suivante sur les cyclistes :

“I’ve got a friend who’s both a car mechanic and a bicycle mechanic, and he says “the difference is, when you’re a bicycle mechanic everyone has had a bit of exercise, they usually got fairly realistic expectations, they’re usually fairly positive and so the deal with cyclists is pretty good. Whereas when you’re a car mechanic everyone’s in a bad mood, they’re sure you’re gonna rip them off, they want this to be fixed today, it’s a completely different one.” So it is a very good one. You know, the number of bad customers I’ve had in a year are maybe two or three, because most cyclists are pretty, you know, they’ve got a particular outlook on life.”

Selon ce mécanicien, les cyclistes font du sport et sont donc plus détendus et insouciants que les motoristes. Cela affecte leur attitude à son égard, ce qui d’après lui explique qu’il ait très peu de clients qui se plaignent ou refusent de payer.

Rouler en communauté

Il serait cependant exagéré d’associer la bonne volonté des cyclistes au simple exercice physique dans lequel ils viennent de s’engager. Une autre explication de l’enthousiasme rencontré quand j’annonce que je travaille sur le vélo est, à mon avis, l’existence d’un très fort sentiment d’appartenance à une communauté qui existe parmi les personnes qui se déplacent à vélo.

J’attends à une intersection, mes petits papiers à la main. J’observe le ballet des cyclistes à l’intersection, attentive à les approcher au bon moment afin qu’ils aient assez de temps pour saisir mon papier avant que le feu ne passe au rouge, afin de ne pas les effrayer non plus. C’est alors qu’un homme s’approche de moi et m’interpelle ; je reconnais à son immense barbe quelqu’un qui est passé il y a plus de cinq minutes, m’est passé devant sans s’arrêter. Il semblerait que chemin faisant, il s’est ravisé et est revenu me parler. « C’est quelque chose en lien avec le vélo ? », il me demande. « Oui, c’est pour ma thèse. » « Est-ce que vous pouvez m’en dire plus ? ».

Un homme décidant soudain de faire un grand détour sur son trajet pour aborder une inconnue dans l’espoir qu’elle travaille sur le cyclisme urbain n’est pas aussi surprenant qu’on pourrait le penser. C’est aussi ce que j’observe dans ma vie quotidienne – ceux qui se déplacent à vélo y tiennent et aiment en parler. C’est aussi ce que décrit Rachel Aldred dans un article où elle décrit le sentiment d’appartenir à une communauté solidaire comme un pilier de la construction d’une identité cycliste (Aldred, 2010)1. Cette communauté repose en partie sur des expériences sensorielles similaires, que ce soit l’effort appliqué à monter une côte, la peur causée par une voiture qui colle de trop près en dépassant ou encore la joie de sentir le vent sur sa peau un jour ensoleillé… mais Aldred affirme que cette communauté est aussi renforcée par sa position de minorité qui doit lutter pour ses droits dans un monde conçu pour les automobilistes (Miller, 2001)2.

Cette communauté, visible à travers la forte présence des cyclistes en ligne, sur Twitter ou sur des forums dédiés, bénéficie à ma thèse. Quand je vais parler aux cyclistes au feu rouge, mon questionnaire à la main, on me répond souvent : “Tu travailles sur le vélo ? Eh bah, il y a du boulot ! J’y répondrai ce soir à ton questionnaire.”

Sur Twitter, les militants cyclistes lyonnais ont mis en place le hashtag #EtMaintenant afin de mettre en évidence les pistes cyclables qui s’arrêtent soudainement

Même pas peur des sociologues

Enfin, cette bonne volonté des cyclistes à participer aux recherches peut trouver une explication sociologique en terme de niveaux d’éducation et de catégories socioprofessionnelles. Les cyclistes sont plus nombreux parmi les titulaires de diplômes de l’enseignement supérieur ainsi que parmi les cadres (Tallet & Vallès, 2017)3 ; un nombre surprenant de passants m’a répondu, lorsque je les interpellais au feu rouge, qu’ils me souhaitaient un bon courage car eux aussi sont en thèse ou qu’ils sont “passés par là”. Or, avoir un niveau d’éducation élevé est associé à de plus hauts taux de réponse. En effet, les personnes qui ont-elles-mêmes conduit des recherches, par exemple pour des présentations finales de cours ou des mémoires de fin de diplôme, sont familières avec ce concept et sont moins intimidées par la chercheuse. Au contraire, quelqu’un qui n’a jamais eu à écrire un essai en cours peut être inquiet de ne pas savoir ce qui va être fait avec cette conversation, et peut avoir peur qu’elle soit utilisée pour lui nuire, comme le montre cet extrait de mon carnet de terrain écrit lors d’un projet de recherche sur les espaces publics en Australie, en 2016.

J’approchais des personnes dans la rue pour leur poser des questions sur leur expérience du parc de quartier dans lequel nous nous trouvions. Un jour, une femme que j’aborde répond docilement à mes questions une par une, avant de me demander timidement : « C’est pour l’immigration ? ». Je comprends alors à son anglais hésitant qu’elle n’a répondu à mes questions que parce qu’elle pensait y être forcée, et qu’en me voyant armée d’un calepin d’enquêtrice elle a cru voir une sorte de représentante ministérielle ayant le pouvoir de la chasser du pays.

Tout compte fait, cet engouement des cyclistes, qu’il soit dû aux hormones produites par l’effort physique, à la sensation d’appartenir à une communauté soudée ou à une plus grande aisance devant le calepin de la chercheuse, est plus que bienvenu. C’est aussi une grande responsabilité : impossible de négliger son travail quand autant de cyclistes m’ont donné de leur temps et de l’énergie pour m’aider à l’accomplir !

Crédit image : photographie prise par Margot Abord de Chatillon, les bénévoles de l’association Bikes4Humanity (Melbourne) empilent des vélos dans un container pour les envoyer à l’étranger pour les habitants d’un village qui en a fait la demande

  1. Aldred, R. (2010). ‘On the outside’: constructing cycling citizenship. Social & Cultural Geography, 11(1), 35–52. https://doi.org/10.1080/14649360903414593 []
  2. Miller, D. (2001). Car cultures. http://discovery.ucl.ac.uk/117850/ []
  3. Tallet, F., & Vallès, V. (2017). Partir de bon matin, à bicyclette (No. 1629; p. 4). https://www.insee.fr/fr/statistiques/2557426 []

[Compte rendu] Le vélo hors du déplacement, atelier expérimental

Le 22 janvier a eu lieu un atelier expérimental organisé par l’association de jeunes chercheur·es IMU alpha sur le thème du vélo hors du déplacement.

Qu’est-ce qui constitue les conditions matérielles, sociales, culturelles et politiques des mobilités cyclistes ? Comment le vélo est-il apprécié, perçu dans la ville ? IMUalpha organise un atelier expérimental sur les pratiques cyclistes dans tous ses aspects sauf celui qui semble être le plus évident : la mobilité elle-même. Il s’agit de ne pas s’intéresser au vélo comme moyen de déplacements, mais aux problématiques qui les accompagnent, les précèdent ou leur succèdent dans la vie quotidienne des cyclistes : réalisations de parkings ou de garages, problématiques de l’aménagement, mécanique et réparation, politiques liés au vélo, enjeux économiques, représentations, etc.

Le compte-rendu complet de cette rencontre entre trois jeunes chercheur·es, une praticienne et un public divers est accessible en PDF en cliquant sur le lien ci-après : “Le vélo hors déplacement


Le vélo hors déplacement

Interventions :
  • Élodie Dupuit, doctorante en géographie, aménagement et urbanisme (UMR 5600 EVS – ENTPE) Registres d’engagement de deux associations écologistes en milieu périurbain
  • Manon Eskenazi, doctorante en transport (EA 3482 Lab’Urba – Université Paris Est) Politiques et pratiques du vélo
  • Adrien Caillot, doctorant en géographie (UMR 6049 ThéMA – Université Bourgogne Franche Comté) Que nous apprend le vélo hors déplacement sur le vélo en déplacement ?
Discussion :
  • Christelle Famy, chargée des mobilités actives, Voirie et Mobilité Urbaine, Grand Lyon
Organisation : Margot Abord de Chatillon (rédactrice du compte-rendu), Matthieu Adam, Maël Meralli-Ballou, Romain Sauzet