Tous les articles par Maël Meralli

Compte rendu de lecture de “L’éloge de la bicyclette” (Marc Augé, 2007)

couv-eloge-bicycletteCet ouvrage sympathique traite de la bicyclette à partir de références personnelles de l’auteur, l’anthropologue Marc Augé. En faisant appel à des souvenirs, analyses des pratiques sociales des cyclistes, il déroule un propos sur le mythe du vélo, en passant par la crise jusqu’à un futur utopique.

Le premier chapitre sur le mythe du vélo fait appel aux premières expériences personnelles de l’auteur et au grand cycliste du vélo sportif qui l’ont marqué. Marc Augé propose une lecture de la construction de la réputation de la bicyclette d’après guerre au moment de sa jeunesse.

Le second chapitre concerne la crise cyclopédique actuelle. L’auteur fait deux amers constats. Tué par le dopage, le cyclisme sportif ne produit plus de mythe ; tuée par la mondialisation, la métropole contemporaine  “nous (aurait fait) perdre la ville et nous nous perdons nous-même de vue”. Marc Augé livre ensuite une analyse du vélib’ comme une solution pour redécouvrir la ville, l’urbanité et l’altérité urbaine.

Le troisième chapitre évoque l’utopie  cycliste à partir d’un Paris dédié aux modes doux, avec toutes les conséquences que cela implique, jusqu’à l’effondrement des barrières entre classes sociales.

Cet ouvrage sans prétention aura ainsi l’avantage de nous entraîner dans le monde du vélo pour un premier aperçu de sa multidimensionnalité. L’auteur nous emmène au grès de ses pensées à interroger, le corps, l’espace, le sport ou encore l’urbain à partir du véo. Sans apporter de contenu scientifique, son principal atout est de poser la bicyclette comme un véritable objet contemporain qui mérite une attention particulière dans le destin du futur de nos villes.

Maël Meralli-Ballou

Augé Marc (2007), Éloge de la bicyclette, Payot, 93 p.

Illustration : Jacques Lebleu

Séminaire SELEST sur les dimensions psychologiques et sociales des pratiquant.e.s et non pratiquant.e.s du vélo le 24 novembre

Un séminaire  du laboratoire DEST  se tiendra à l’Ifsttar le jeudi 24 novembre entre 10h et 13h en salle A010-A014 (Bâtiment Bienvenüe à Marne-la-Vallée). Trois intervenants traiteront des dimensions psychologiques et sociales des pratiquant.e.s et non pratiquant.e.s du vélo.

Clément Dusong (Ifsttar/Ame/Dest) : « État des lieux des connaissances sur les risques et les avantages sur la santé, réels et perçus, de la pratique des modes actifs »

Aujourd’hui, même si les avantages sur la santé de la pratique des modes actifs, marche et vélo, sont attestés par de nombreux travaux, la pratique est loin d’être généralisée.  Les avantages sanitaires existants ne sont pas forcément perçus par les individus puisque l’usage de ces modes et notamment du vélo est associé à une pratique risquée. Or, comme l’ont souligné plusieurs recherches, la sécurité est un déterminant important à l’usage du vélo. Parmi les obstacles à la pratique, le danger perçu notamment en ce qui concerne le trafic routier, est régulièrement cité par les usagers et les non usagers du vélo. Les chercheurs néerlandais auteurs de l’article « Commuting by Bicycle: An Overview of the Literature » (Heinen et al., 2010) conseillent d’ailleurs de distinguer deux types de sécurité : la sécurité objective et la sécurité subjective. La distinction entre ces deux types de dangers, réel et perçu, est nécessaire puisque comme on le sait depuis plusieurs années pour l’ensemble des modes de transport, « le changement modal s’opère lorsque que les perceptions du risque pour un mode donné sont réduites [modal shifts occur when risk perceptions for a given mode are reduced] » (Noland, 1995, page 1). En analysant, un maximum de travaux internationaux sur les questions des risques et des avantages perçus et réels liés à l’usage du vélo et de la marche, l’étude sur la Perception des Avantages et des Risques des Modes Actifs (PARMA) dirigée par Francis Papon, propose de faire le point sur les connaissances actuelles, afin de réaliser à la suite de cette revue de littérature un questionnaire permettant d’aborder les nouveaux champs d’études identifiés.

Carolina Martinez Tabares (Ifsttar/Ame/LPC) : Motivation au choix du vélo comme mode de déplacement : impact des attitudes, des expériences de mobilité et des facteurs externes sur la propension à adopter le vélo

Le vélo urbain utilitaire, une des solutions possibles aux problèmes de mobilité (ex, pollution), a une faible part modale (3%) en France malgré des efforts pour l’augmenter. Nous nous intéressons notamment aux représentations, aux motivations et à l’agressivité perçue des comportements des automobilistes. Nous reviendrons ainsi sur les résultats de trois études. Basée sur 20 entretiens semi-structurés réalisés en Île-de-France, la première permet d’identifier les principales représentations et les motivations liées au vélo urbain utilitaire et d’examiner s’il y a des similitudes et des différences entre cyclistes et non- cyclistes. A partir d’une enquête en ligne (N=409) diffusée dans les principales villes en France, la seconde étude identifie le poids des arguments auparavant identifiés et distingue représentations et motivations chez les cyclistes et les non-cyclistes. Bien que révélant des différences quantitatives entre représentations et motivations, ces deux études révèlent que les avantages, leviers, inconvénients et barrières liés au vélo urbain utilitaire sont comparables entre cyclistes et non-cyclistes. Basée sur une enquête en ligne (N=174) diffusée dans 2 villes faisant état de parts modales vélo différentes : Paris (3%) et Berlin (13%), la troisième étude a cherché à comprendre si les cyclistes perçoivent l’agressivité des automobilistes sur la route. Elle révèle que les prédicteurs de l’agressivité perçue sont l’intention, le danger, la connaissance, la légitimité, l’identité cycliste et l’agressivité. Les implications théoriques, méthodologiques et appliquées des résultats seront discutées.

David Sayagh (Ifsttar/Ame/Dest) : « Manières de penser et de pratiquer le vélo en milieu urbain des jeunes en fin d’adolescence : typologies de pratiquant.e.s et de non- pratiquant.e.s »

Notre propos porte sur les manières de penser et de pratiquer le vélo en milieu urbain des jeunes en fin d’adolescence. Nous nous appuyons notamment sur 101 entretiens semi-  1 directifs réalisés avec 80 adolescent.e.s âgé.e.s de 17 à 19 ans, ainsi que 26 de leurs parents , dans des milieux géographiques et sociaux variés des métropoles de Montpellier et de Strasbourg. Leur analyse nous permet de présenter deux typologies. Toutes deux élaborées en combinant la méthode de l’idéaltype wébérien et celle de l’agrégation autour d’unités- noyaux, l’une présente les différents types de pratiquant.e.s, l’autre les différents types de non-pratiquant.e.s de notre échantillon. Ces typologies permettent d’abord d’illustrer le fait qu’une partie non négligeable des pratiques urbaines du vélo des adolescent.es n’ont pas de but et de fin en soi et invitent pour être appréhendées, à recourir à des acceptions dépassant la simple adéquation « origine-destination » des déplacements tels qu’ils sont définis dans les enquêtes ménages-déplacements. Elles permettent en outre de saisir que les différentes pratiques urbaines du vélo ne peuvent être comprises sans lien avec les rapports au quartier de résidence, les rapports aux infrastructures routières, et les sentiments de sécurité et de confort des adolescent.e.s.

Illustration : Mariano Mantel

Appel à contributions : Analyse des comportements de déplacement : l’hybridation des méthodes.

compteur-veloCi-après un appel à contribution en vue d’un ouvrage collectif qui porte sur l’hybridation des méthodes de sciences sociales pour l’analyse de la mobilité.
Dans un contexte où les moyens de transports et leurs usages se multiplient, les analyses qui peuvent être faites des mobilités se complexifient. Face au foisonnement d’idées pour réaliser ces analyses, il nous a semblé pertinent de faire le point sur les avancées méthodologiques qui en découlent. Beaucoup d’ouvrages de sciences sociales traitent de questions méthodologiques, mais peu traitent de la combinaison de ces méthodes. Nous entendons privilégier les contributions qui traiteront donc des combinaisons entre différentes méthodes ou différents outils de mesure. Les processus créatifs (méthodes ad hoc) et les synergies (entre méthodes déjà existantes) permettant l’observation puis l’analyse, selon le cas, d’une catégorie de comportements de déplacement quotidien ou de l’éventail des usages d’un réseau de transport, donneront une couleur bien particulière à notre ouvrage collectif. Ils constitueront une sorte de fil conducteur de l’ouvrage, qu’il s’agisse de combinaisons entre méthodes qualitatives, entre méthodes quantitatives ou de méthodes mixtes. Ainsi, les contributions attendues porteront sur les formes d’hybridations méthodologiques et toutes les avancées méthodologiques destinées à une meilleure analyse des comportements de mobilité.
Les propositions (1500 signes) sont attendues pour le 15 janvier 2017.
Plus d’infos :
Stéphanie Vincent-Geslin stephanie.vincent-geslin@univ-lyon2.fr
Joël Meissonnier joel.meissonnier@cerema.fr
Mathieu Rabaud mathieu.rabaud@cerema.fr
Vincent Kaufmann vincent.kaufmann@epfl.ch
Illustration : Jacques Lebleu

Respire, l’histoire déjantée de la bicyclette

Une comédie sur l’histoire de la bicyclette qui déraille en un plébiscite pour les droits de la femme.

Jean-Baptiste, un professeur-conférencier, plutôt macho et égocentré, nous expose l’histoire de la bicyclette et ne va pas avoir la partie belle et facile avec Charlotte, son assistante, citoyenne réfléchie et sensibilisée à l’alternative à l’automobile, et qui va revendiquer ses droits sans ménagement.

Cette comédie, sur notre organisation en matière de déplacement, nous  rappelle que l’histoire des droits de la femme et celle de la bicyclette sont liées depuis ses origines jusqu’à nos jours.
Avec : Morgane Chavot et Jacques Patron

Mise en scène : Mehdi Ait-Hamoudi

Durée : 1h05

Le dimanche 4 décembre 2016 au théâtre de l’Uchronie

( 19 rue de Marseille 69007 Lyon)  à 15h.

Le mercredi 7 décembre 2016 au Palais du travail

(9 Place Lazare Goujon 69100 Villeurbanne) à 19h.

Participation libre

Contact : Jacques Patron 06 22 09 09 30

Illustration : Lea Marzloff

Appel à communication pour la conférence internationale sur le vélo en septembre 2017 en Allemangne

 Call for the International Cycling Conference “Bridging the gap between research and practice”,  to be held in Mannheim, Germany, on 19-21 September 2017, at the invitation of the German Environment Agency (UBA). In connection with that, we are pleased to send to you in attachment and through the web link the call for papers that Mr Kilian Frey highlighted during the meeting. http://www.umweltbundesamt.de/sites/default/files/medien/1/dokumente/international_cycling_conference_uba_call_for_papers_0.pdf
 
We warmly invite you to consider submitting proposals for contributions addressing one or more of the conference themes. Please note that the deadline for the submission of abstracts is 16 December 2016.
 

More information : international_cycling_conference_uba_call_for_papers

Illustration : Jacques Lebleu