Le patrimoine rhodanien vu par les usager·es de la ViaRhôna. Enseignements du projet RhônaVel’eau

RhônaVel’eau – Synthèse de l’enquête usagers

La valorisation du patrimoine rhodanien à l’épreuve des territoires, des acteurs et des usages

Téléchargez la synthèse en PDF

Page de garde de la synthèse, M. Adam, 2018

L’équipe RhônaVel’eau

  • Matthieu Adam (EVS)
  • Anne-Laure Collard (G-Eau)
  • Marylise Cottet (EVS, coordinatrice)
  • Laure Coussout (G-Eau)
  • Sylvie Morardet (G-Eau)
  • Anne Rivière-Honegger (EVS)
  • Lise Vaudor (EVS)

Du plan Rhône à la ViaRhôna

Le Plan Rhône (2004-2025) vise à concilier la prévention des risques liés aux inondations, un développement économique pérenne des territoires et l’amélioration du cadre de vie des habitants.

C’est dans le cadre de cet ambitieux plan d’action que naît la ViaRhôna, une véloroute voie verte européenne (EuroVelo 17) qui longe le Rhône sur 815 kilomètres du Lac Léman à la Méditerranée. Les premiers aménagements ont démarré en 2006 et à ce jour (été 2018), la quasi-totalité du parcours est achevée, à l’exception de quelques tronçons situés au Sud de Lyon et entre Pont-Saintt-Esprit et Gallician.

Le projet RhônaVel’eau

Ce projet d’aménagement s’appuie sur une valorisation des patrimoines naturels et culturels liés au Rhône pour contribuer au développement territorial des communes riveraines. Au delà des bénéfices économiques escomptés, ce projet d’aménagement pourrait avoir des retombées plus intangibles, notamment sur la relation que les sociétés entretiennent avec le fleuve. C’est cette relation qui est étudiée dans le cadre du projet de recherche Rhonavel’eau (2016-2019), notamment à l’aide d’une enquête menée auprès des usagers de la véloroute.

Une question de recherche

La ViaRhôna donne-t-elle une nouvelle visibilité au Rhône pour ses usagers susceptible de créer de la familiarité avec ses patrimoines et ses paysages et de renouveler l’image qui lui est associée ?

3 secteurs d’enquête

  • Amont : de Belley à Groslée
  • Médian : de Vienne à Sablons
  • Aval : de Rochemaure à Bourg-Saint-Andéol
Localisation des terrains d’études (cartographie : M. Adam, 2017)

L’enquête (16 entretiens, 546 questionnaires) a été réalisée par Matthieu Adam et Laure Coussout au printemps (entretiens) et à l’été (questionnaires) 2017.

Passation des questionnaires à Condrieu (photo : M. Adam, 2017)

Des usagers plutôt masculins et issus des classes supérieures

Le panel est proche des populations observées lors des études de fréquentation des véloroutes et voies vertes.

76,5% des usagers ne circulent qu’à vélo (18,2% sont piétons). La population est légèrement plus masculine (57% d’hommes) et est relativement âgée (56 ans d’âge médian). Elle est constituée avant tout de retraités (35%) ou d’actifs des classes supérieures : 43% sont cadres et 32% exercent des professions intermédiaires.

75% des répondants sont Français : Suisses, Allemands et Hollandais sont les étrangers les plus présents. 43% des enquêtés habitent une commune riveraine du Rhône. Ils sont souvent locaux ou issus du bassin régional.

En période estivale, les excursionnistes, qui se promènent quelques heures ou une journée sont les plus nombreux (42% des enquêtés) suivis des itinérants (34%) et des cyclosportifs (17%). Les « utilitaires », qui se servent de la ViaRhôna pour un déplacement pratique, sont peu nombreux sur nos terrains peu urbanisés (7%) .

Locaux1
Régionaux Français Étrangers Ensemble
Âge moyen (ans) 53,4 49,3 46,2 51,5 51,6
Hommes (%) 57,3 58,8 58,5 53,7 57,3
Riverains (%)2
91,5 32 7,7 8,1 44,2
Touristes (%)3
5,5 24,7 82,2 98,5 46,4
Retraités (%) 47,3 34,8 27,2 15,7 34,7
Étudiants et élèves (%) 7,6 10,1 13 7 8,7
Cadres (%) 9,8 16,9 26,1 47,8 22,6
Professions intermédiaires (%) 14,7 19,1 15,2 22,6 17,2
Ouvriers (%) 3,3 3,3 1,1 0 2
Indicateur de CSP+4
1,8 3,5 3,4 20,2 3,8
Itinérants (%) 4,7 26,9 56 68,5 33,8
Excursionnistes (%) 60,5 47,3 28,6 17,7 41,4
Utilitaires (%) 11,6 8,6 4,4 3,1 7,3
Cyclosportifs (%) 23,2 17,2 11 10,7 17,5

Caractéristiques des usagers de la ViaRhôna ayant répondu au questionnaire RhônaVel’eau

La fréquentation des rives augmente

176 personnes (sur 546) déclarent être sur la ViaRhôna pour la première fois

Parmi celles qui étaient déjà venues au bord du Rhône

  • 57% déclarent venir plus souvent au bord du fleuve
  • 40% déclarent une fréquence identique
  • 3% déclarent une fréquence en baisse

L’activité et la nature comme motivations premières

À la question « Si vous êtes venu·e sur la ViaRhôna aujourd’hui, c’est d’abord pour ? », 14% des répondants ont choisi la réponse « être au bord du Rhône ».

Si elle est devancée dans l’ordre des préférences par les motivations liées à l’activité elle-même – « faire du sport » (23%) ; « se promener/prendre l’air » (21%), « randonner » (20%), la place du Rhône dans les motivations est relativement haute.

Nuage de mots à partir des réponses à la question
« Veuillez écrire ci-dessous les 5 mots (ou expressions) qui vous
viennent spontanément à l’esprit quand vous pensez au Rhône »

Sur des échelles de 0 à 10, les répondants ont évalué « à quel point » 17 motifs les avaient « amené.es à venir sur la ViaRhôna »5.

La motivation « être au contact du Rhône » a recueilli la 5ème meilleure évaluation moyenne (5,9), après les considérations liées à l’activité (« faire de l’exercice » (7,4) et « se relaxer physiquement » (6,6)) ou celles liées à l’environnement « être proche de la nature » (7,2) et « m’éloigner de la ville » (6,4). L’envie d’être au bord du Rhône est donc encore une motivation importante, avant les dimensions collectives (être en famille, en groupe).

Et en plus, c’était un itinéraire qui était déjà fléché. Oui, je n’allais pas me prendre la tête sur l’itinéraire. Et ça, ce n’était pas mal. (Élise, Française, itinérante, 30 ans)

Cette hiérarchie des motivations reste la même quelles que soient la catégorie de population (classe sociale, âge, genre, origine géographique, etc.) ou le site d’étude. La ViaRhôna semble créer une offre de nature et d’activités qui attire un public aux motivations homogènes.

Enfin, le fait que l’itinéraire soit balisé et sécurisé participe aussi à attirer cyclistes et piétons le long du Rhône. C’est particulièrement le cas des familles se déplaçant avec des enfants.

Déjà, pour toute famille sportive, tout couple sportif qui fait des enfants et qui veut continuer à être sportif, ce genre de truc c’est facile, parce que tout est sécurisé, tout est nickel. Tu n’as à gérer que la sécurité de tes gosses, et tes gosses tu sais que tu peux les faire rouler. Au pire si tu veux les tirer, ce n’est pas hyper compliqué, c’est génial. » (Emmanuelle, régionale, itinérante en handbike ,42 ans)

L’image du Rhône évolue

La hausse de la fréquentation des bords du Rhône grâce à la ViaRhôna semble conduire à une évolution de l’image du fleuve.

Nous avons demandé aux usagers à quel point l’image qu’ils avaient du Rhône avait évolué grâce à la ViaRhôna, entre « pas du tout » (0) et « totalement » (10). L’évaluation moyenne est de 5,4. Elle est légèrement plus élevée chez les non-riverains (5,61) que chez les riverains (5,21).

Lorsque nous leur avons demandé d’expliciter les raisons de ce changement, les termes les plus cités ont été « nature », « fleuve », «  naturel » et « paysage » suivis de « découvrir », « découverte » et « connaître ». Les découvertes des enquêtés grâce à la ViaRhôna se rapportent donc d’abord à l’aspect naturel du Rhône et à ses paysages.

Termes les plus utilisés pour répondre à la question « en quoi diriez-vous que l’image que vous aviez du Rhône a changé par l’expérience de la ViaRhôna ? » (à l’exception du mot « Rhône»)

Les termes comme « industriel » ou « industrie » sont peu cités et parfois pour dire que le Rhône est moins industriel qu’anticipé.

L’absence de vocabulaire spécifique6 selon la catégorie des répondants montre que ces découvertes semblent partagées. L’image du Rhône évolue donc, grâce au nouvel accès que la ViaRhôna donne au Rhône, vers une conception plus naturelle du fleuve.

Oui, j’ai trouvé qu’il y avait beaucoup plus de… Il y avait à la fois plus de nature, plus de vraie campagne que ce que j’imaginais en ayant fait l’autoroute x fois. (Pierre, Suisse, itinérant et sportif, 53 ans)

La valeur accordée au fleuve progresse

Lorsque l’on demande aux répondants si la valeur qu’ils associent au Rhône a évolué (à l’aide d’une échelle allant de 0 “diminuée” à 10 (augmentée), les résultats montrent que… L’échelle évaluant l’évolution de la valeur attribuée au Rhône entre les pôles « diminuée » (0) et « augmentée » (10) montre que celle-ci a augmenté avec un score moyen de 6,9 et 57% d’évaluations supérieures à 5.

La modification de l’image du fleuve et la valeur attribuée vont de pair : l’amélioration de la première induit une hausse de la seconde.

Relation entre l’évolution de la valeur accordée au fleuve et l’évolution de l’image qui lui est associée

Les usagers qui accordent une valeur élevée au Rhône considèrent aussi que celle-ci a augmenté grâce à la ViaRhôna. La valeur subit une moindre modification chez ceux qui disent venir pour randonner, comme s’ils trouvaient ce qu’ils étaient venus chercher, tandis qu’elle augmente plus fortement chez les  enquêtés qui viennent pour se promener, pour être au bord du Rhône ou pour faire un déplacement utilitaire, comme si la ViaRhôna avait renforcé leurs liens avec le fleuve.

Une faible influence sur la connaissance du patrimoine naturel

Si l’image du Rhône et sa valeur évoluent, en va-t-il de même des connaissances sur son patrimoine naturel ? Notre analyse montre que ce n’est pas le cas, notamment pour un élément très emblématique du fleuve : les lônes7.

Photographies représentant des lônes. Il était demandé aux répondants d’évaluer s’ils les trouvaient emblématiques et caractéristiques du fleuve et d’identifier ce qu’ils y voyaient (photos : M. Adam, 2017 ; M. Cottet, 2011)

Avec une évaluation moyenne de 5,5/10, elles sont considérées comme plutôt emblématiques du Rhône. Mais cette évaluation est la plus faible des éléments proposés, loin derrière le Rhône canalisé (7,2), les ponts (7,5) ou les vignes (7,3).

De plus, les lônes sont mal identifiées par les usagers. Seules 70% des personnes interrogées ont répondu à la question ouverte « selon vous que représentent ces deux photos ? ». Parmi elles, seules 27% ont utilisé le terme « lône » ou « bras mort ». Sans surprise, les riverains du Rhône considèrent les lônes plus emblématiques du fleuve que les non-riverains (évaluation moyenne de 5,8 contre 5,1) et les identifient mieux.

L’influence de la ViaRhôna sur la connaissance du patrimoine naturel apparait donc limitée. Le fait que « lône » soit un terme spécifique au secteur médian, où est situé l’observatoire de la nature de l’Île-du-Beurre – un lieu d’information, d’observation et de sensibilisation – semble indiquer une influence de ce type de médiation.

Conclusions et perspectives

L’existence de la ViaRhôna contribue à augmenter la fréquentation des berges du Rhône et à rehausser sa valeur aux yeux des publics très divers qui l’empruntent. Les représentations des habitants et des touristes sur les territoires riverains semblent donc évoluer.

Les résultats montrent que la ViaRhôna favorise avant tout la découverte des patrimoines naturels ou une plus grande familiarité avec eux mais que cette découverte n’a pas forcément d’influence sur la connaissance du fonctionnement et de l’importance écologique du patrimoine rhodanien. Une seconde phase de RhônaVel’eau affinera ce constat.

  1. Les locaux sont les personnes dont le lieu de résidence est distant de moins de 20 kilomètres du site d’enquête. Les régionaux, ou personnes issues du bassin régional, sont celles dont le lieu de résidence est situé dans l’un des départements limitrophes du site d’enquête mais distant de plus de 20 km de celui-ci. Les (autres) Français sont toutes les autres personnes qui résident en France mais qui n’appartiennent pas aux deux catégories précédentes. Les étrangers sont toutes les personnes résidant à l’étranger. []
  2. Les riverains sont les enquêtés dont le lieu de résidence est une commune riveraine du Rhône, ils peuvent appartenir aux quatre catégories précédentes []
  3. Sont définies comme touristes les personnes qui ont passé au moins une nuitée hors de leur lieu de résidence principale. []
  4. Ratio entre le nombre d’actifs cadres, professions intellectuelles supérieures  et professions intermédiaires et le nombre d’actifs employés et ouvriers. []
  5. Les questionnaires, remplis en français, anglais ou allemand, contenaient des questions à choix multiples ou uniques, des échelles de 0 à 10 (dites psychométriques), un photoquestionnaire ainsi que des questions ouvertes. Les questionnaires ont fait l’objet de traitements statistiques variés pour ce qui concerne les questions à choix multiples et d’un traitement par statistiques textuelles pour les questions ouvertes (dont sont issus les nuages de mots). []
  6. En statistiques textuelles, un terme est considéré comme spécifique à une catégorie d’usagers lorsque il a été utilisé par cette catégorie dans des proportions bien supérieures à la moyenne des différentes catégories (au sens de la loi de probabilités dite de Lafon). []
  7. Les lônes sont des bras isolés du lit principal du Rhône et alimentés par la nappe alluviale ou le fleuve lors des crues. Elles constituent des milieux humides emblématiques du fleuve et de son fonctionnement. Elles font depuis les années 1990 et encore aujourd’hui l’objet d’ambitieux projets de restauration. Leur spécificité, ainsi que l’attention dont elles sont l’objet, expliquent la valeur qui leur est portée par les acteurs interrogés dans le cadre du projet RhônaVel’eau. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.