Un quart de « véloveurs », 59% d’hommes. Qui sont les cyclistes lyonnais·es ? [Véléval #2]

Récit de l’avancée du projet Véléval « évaluation de la praticabilité à vélo des espaces urbain » financé par le LabEx IMU. Épisode 2.

Selon l’Insee1, les 1,9% de français·es qui effectuent leur trajet domicile-travail sont plutôt des hommes issus des classes supérieurs et vivant dans les centres urbains (voir notre article « Caractéristiques des 1,9% de cyclistes utilitaires français »).

À Lyon, la part modale du vélo sur ce trajet domicile-travail est de 5,9%. Les écocompteurs situés sur le territoire de la métropole lyonnaise ont dénombré 20,6 millions de passages en 2017 (voir notre article « Nette hausse du trafic cyclable dans la Métropole de Lyon en 2017 »).

Des données issues de comptages manuels

Le Grand Lyon a fait effectuer en 2017 des comptages manuels en 19 carrefours des villes de Lyon (13), Villeurbanne (3), Bron (1), Vénissieux (1) et Saint-Priest (1). Nous avons eu accès à ces données.

Points de comptage du Grand Lyon à l’exception de celui de Saint-Priest (2017)

Les comptages ont été effectués un jour chaque mois sur deux tranches horaires de deux heures, le matin de 7h30 à 9h30 et le soir de 17h à 19h. Les données dont nous disposons sont plus précises pour le mois de juin 2017. Au total, le 13 juin 2017, les enquêteur·es ont compté 22 133 vélos, dont 53,6% après 17h.

Les enquêteur·es ont systématiquement distingué vélos en libre-service (Vélo’v) et vélos privés. Le comptage de juin 2017, plus détaillé, précise en plus :

  • Le genre (homme, femme) ;
  • Le type de vélo (Vélo’v, VTT, vélo de course, autre) ;
  • Le type de cycliste (sportif ou urbain).

Pour 10 des 19 carrefours sont aussi comptés :

  • Cyclistes roulant sur le trottoir du carrefour considéré ;
  • Cyclistes passant au feu rouge.

Si ces derniers chiffres nous semblent assez abstraits2, l’exploitation des données du Grand Lyon nous permet de tirer quelques enseignements sur le profil des cyclistes lyonnais·es.

Genre : 59% d’hommes et de grandes variations géographiques

La répartition genrée des cyclistes compté·es est conforme à ce qu’elle est au plan national. Les études ménage-déplacement (EMD)3 et l’Insee concordent autour du chiffre de 60% de cyclistes masculins. Les comptages de la Métropole en juin 2017 identifient, à partir de l’apparence des usager·es, 59,1% d’hommes et 40,9% de femmes.

Ces proportions sont constantes au cours de la journée. En revanche, et même si le caractère ponctuel de ces comptage appelle à interpréter prudemment cette information, elles varient considérablement d’un point de comptage à l’autre. On retrouve proportionnellement plus de femmes au niveau des grands axes de la ville-centre. Elles représentent 46,5% des personnes comptées sur le Pont de la Guillotière (Lyon 3ème), 48,5% au croisement des rues de Marseille et Chevreul (Lyon 7ème) ou 48,4% à Thomas/Rebatel (Lyon 8ème). Elles sont même à majoritaires (53,5%) au carrefour Pinel/Balmes (Bron).

À l’inverse, les femmes sont bien moins présentes que la moyenne dans les zones géographiques les plus populaires, représentant 26,5% des cyclistes compté·es à Saint-Priest (carrefour Rostand/Égalité), 28,1% à Vénissieux (bld du 11 novembre) ou encore 30,7% au carrefour Chauveau/Koenig (Lyon 5) et 31,9% à Villeurbanne (Pressensé/Vaillant). C’est aussi le cas (33,8%) à la sortie du Pont Wiston Churchill (Lyon 6), à proximité des quais de Rhône et du Parc de la Tête d’Or.

Proportion de femmes aux points de comptage du 13 juin 2017

Plus d’un quart de « véloveur·es »

25,6% des vélos comptés le 13 juin 2017 étaient des Vélov. Ces proportions varient considérablement d’un point de comptage à un autre. Si les « véloveurs » sont par exemple bien plus nombreux que la moyenne sur les sites du Pont de la Guillotière (Lyon 3ème) ou du croisement Chauveau/Koenig (Lyon 5ème) où ils représentent 35% des usager·es, ils sont logiquement absents sur les sites de Vénissieux, Bron et Saint-Priest où il n’y avait pas de stations Vélo’v au moment du comptage.

Ces trois points de comptage représentent en réalité une faible proportion des cyclistes compté·es le 13 juin 2017, puisque seuls 525 vélos y ont été notés. Parmi les 21 608 cyclistes comptés sur la zone Lyon-Villeurbanne, 26,2% roulent en Vélo’v, 19,5% en VTT et 10,4% en vélo de course.

Si les vélos en libre-service représentent un quart du trafic, les cyclistes les plus nombreux (43,9%) sont ceux dont le vélo entre dans la catégorie « autres », c’est-à-dire qu’ils et elles utilisent des vélos dits de ville, des VTC ou des vélos à assistance électrique.

La typologie des vélos visibles dans les rues de Lyon varie en fonction des heures. Les Vélo’v sont plus utilisés le soir que le matin puisqu’ils représentent 29,4% des vélos entre 18 et 19h et 27,6% entre 17 et 18h contre « seulement » 22,3% et 24,8% du trafic respectivement de 7h30 à 8h30 et de 8h30 à 9h30. À l’inverse, l’utilisation de vélos de type « autres » est plus forte le matin (46,3% des vélos de 7h30 à 8h30 contre 42% de 17 à 18h), tout comme les vélos de course (12,6% sur la première tranche, 9,4% de 17 à 18h). La part du Vélo’v semble corrélée à l’importance du trafic vélo puisque 21,3% des vélos comptés le sont avant 8h30 et 28,1% le sont après 18h. Ceci pourrait suggérer que les vélos en libre-service sont proportionnellement moins utilisés des déplacements domicile-travail que les vélos privés (hors pratique sportive).

9,3% des cyclistes comptés sont des cyclosportifs

Les cylistes« urbains » et « sportifs » ont été différenciés selon leur apparence (vélo, équipement). Si la grande majorité des cyclistes compté·es sont considéré·es comme ayant une utilisation « urbaine » (90,7%), les cyclosportifs représentent une part assez importante pour un comptage en milieu urbain : 9,3% d’entre eux l’ont été alors qu’ils réalisaient une pratique sportive. Ils comptent pour une proportion un peu plus large le soir (9,6%) que le matin (9%).

La présence des cyclosportifs est très variable en fonction des points de comptage. Leur proportion atteint 26,6% au croisement Pinel/Balmes (Bron) ou 23,9% sur le carrefour Cuirassiers/Bouchut (Lyon 3ème), respectivement à proximité du parc de Parilly et au cœur du quartier de la Part-Dieu. Elle est inférieure à 2,5% aux carrefours entre Vienne/Challemel Lacour (Lyon 8ème), Thomas/Rebatel (Lyon 8ème) ou encore Gambetta/Houel (Vénissieux). S’il semble assez logique que les pratiques sportives soient spatialisées, ces chiffres sont difficiles à interpréter avec certitude puisque les espaces où les sportifs sont nombreux sont très divers, tant sur le plan morphologique que sur le plan fonctionnel.

  1. Insee, 2017, « Partir de bon matin, à bicyclette… », https://www.insee.fr/fr/statistiques/2557426 []
  2. Rouler sur le trottoir ou passer au feu rouge semblent être des comportements courants puisqu’aux 10 points où de tels comptages ont été réalisés, ils concernaient respectivement 19,3% et 18,7% des cyclistes (calcul réalisé sur les moyennes mensuelles de 2017). Ces chiffres sont en réalité assez abstraits. Dans le cas des feux rouges, il aurait fallu rapprocher le nombre de personnes les ayant franchis du nombre de celles qui se sont présentées devant un feu de cette couleur. Dans celui des cyclistes présent·es sur les trottoirs, il ne semble pas y avoir de différenciation entre les cas où la piste cyclable s’y situe et ceux où ce n’est pas le cas. Ainsi, au carrefour Debourg/Jaurès (Lyon 7), 43% des cyclistes sont comptés sur le trottoir mais la piste cyclable y est située et une partie des cyclistes compté·es sort ou entre probablement sur le parking vélo de l’ENS. []
  3. ATU, 2013, « Le vélo : portrait d’une pratique », Questions de mobilité, n° 9, p. 1‐ 12. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.