De la captation GPS des trajets des cyclistes à leur suivi vidéo [Véléval #1]

Récit de l’avancée du projet Véléval « évaluation de la praticabilité à vélo des espaces urbains » financé par le LabEx IMU. Épisode 1.

Le projet de recherche Véléval questionne la cyclabilité des espaces urbains à partir du point de vue des usager·es. L’objectif est de comprendre ce qui fait qu’une personne est « à l’aise » ou non sur son vélo en ville, de la détermination de son trajet à l’échelle urbaine au franchissement d’un carrefour ou à l’emprunt d’une voie singulière.

Pour ce faire, la méthode couple analyses de traces de mobilité et entretiens de réactivation qui exploitent ces données objectivées des pratiques des enquêté·es. Telle que nous l’avons conçu, cette méthode devait s’organiser de la façon suivante :

  • L’équipement de cyclistes pendant quelques semaines d’un smartphone doté d’une application de collecte de leurs données GPS. Il s’agissait de collecter les données concentrées sur le trajet domicile travail.
  • Le traitement cartographique des traces GPS ainsi récoltées pour mettre en évidence les caractéristiques des habitudes de mobilité.
  • À l’issue du traitement des données (environ 2 mois après l’équipement avec le caméra) : un entretien semi-directif portant sur les pratiques des cyclistes à partir des analyses cartographiques et vidéo des 10 trajets.

Les objectifs n’ont pas changé, le déroulé général non plus. Nous avons cependant décidé de compléter la seule captation de traces GPS par un enregistrement vidéo des trajets. Ce basculement de l’analyse de traces GPS seules vers le couplage avec l’analyse d’images mobiles est rendu possible par la présence au sein de l’équipe de Véléval de Stefan Duffner, spécialiste de ce type de travail. Cette modification permet d’enrichir la méthodologie proposée et d’éviter certains de ses écueils :

  • La précision d’un GPS en milieu urbain n’est que de quelques mètres. Elle ne permet pas de saisir des éléments dont nous faisons l’hypothèse qu’ils informent le « être à l’aise » en situation, comme le fait d’emprunter ou non une piste cyclable, de rouler sur un trottoir ou encore de rouler plutôt au centre de la chaussée ou serré·e sur la droite. La vidéo permet d’observer ce type d’éléments et d’interroger ensuite les enquêté·es à leur sujet.
  • Les données GPS (vitesse, accélération, position) ne permettent pas de déterminer certains traits de comportements sur lesquels nous souhaitons interroger les personnes, notamment la couleur du feu au moment où elles passent (un ralentissement marqué à un carrefour n’indique pas, par exemple, si le feu est rouge ou vert). La vidéo complète les données.
  • Le principe des entretiens de réactivation est de venir réactiver la mémoire des individus après la réalisation d’action et à partir de supports de discussion. Ici le principal support devait être cartographique. On sait cependant que les capacités de lectures de cartes comme de développement d’un discours à partir de celles-ci sont très variables d’un individu à un autre. La possibilité de disposer d’extraits vidéos pour réactiver la mémoire vient augmenter les possibilités que nous pourrons exploiter lors des entretiens.

L’utilisation de la caméra nécessite une implication plus forte de la part des enquêté·es. À la différence d’une application de collecte des traces qui « tournerait en sourdine », la caméra nécessite de fréquentes manipulation (il faut l’enlever et la remettre sur le guidon, la recharger). Ceci nous a conduit à raccourcir le temps de collecte des données à une semaine (10 trajets). Pour limiter (légèrement) l’implication des personnes, nous avons acquis des caméras dotées d’un GPS (en l’occurrence des GoPro Hero 5 black), limitant ainsi l’équipement à un seul dispositif.

L’une de nos caméras montées sur un guidon

Le déroulement de notre enquête est désormais le suivant :

  • L’équipement pendant 5 jours de cyclistes avec une caméra GoPro, comprenant un GPS, fixée sur le guidon. Il s’agit de filmer et d’enregistrer la trace GPS de tous les trajets domicile-travail, conformes à ce que ce qu’ils auraient été sans la caméra sur la période (soit 10 trajets).
  • Le traitement cartographique et vidéographique des données.
  • L’entretien de réactivation à partir de cartes, agendas et extraits de vidéo.

Fixée au centre du guidon, la caméra rappelle constamment sa présence et est donc potentiellement davantage susceptible de conduire les enquêté·es à modifier leurs comportements qu’ils ne l’auraient fait avec une simple appli, plus « facile à oublier ». La première phase d’équipement (juin/juillet 2018) a notamment pour objectif d’évaluer à quel point ceci est palpable.

Outre son influence sur la constitution du panel et sur le temps de collecte (méthode plus implicante) ainsi que sur le comportement potentiel des enquêtés et sur le déroulement des entretiens, le remplacement des traces GPS par le couple GPS/vidéo n’est pas sans conséquence sur les tâches à effectuer et le temps de travail nécessaire. Le surplus le plus conséquent est celui du traitement algorithmique des vidéos mais cela a aussi une influence sur le temps de préparation des données, sur le temps d’extraction des traces GPS (lesquelles sont comprises dans les métadonnées des fichiers vidéos produits par les GoPro). Ces développements feront l’objet de prochains billets sur ce carnet.

Sur les Vélo’v, les caméras se fixent sur le panier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.