Séminaire SELEST sur les dimensions psychologiques et sociales des pratiquant.e.s et non pratiquant.e.s du vélo le 24 novembre

Un séminaire  du laboratoire DEST  se tiendra à l’Ifsttar le jeudi 24 novembre entre 10h et 13h en salle A010-A014 (Bâtiment Bienvenüe à Marne-la-Vallée). Trois intervenants traiteront des dimensions psychologiques et sociales des pratiquant.e.s et non pratiquant.e.s du vélo.

Clément Dusong (Ifsttar/Ame/Dest) : « État des lieux des connaissances sur les risques et les avantages sur la santé, réels et perçus, de la pratique des modes actifs »

Aujourd’hui, même si les avantages sur la santé de la pratique des modes actifs, marche et vélo, sont attestés par de nombreux travaux, la pratique est loin d’être généralisée.  Les avantages sanitaires existants ne sont pas forcément perçus par les individus puisque l’usage de ces modes et notamment du vélo est associé à une pratique risquée. Or, comme l’ont souligné plusieurs recherches, la sécurité est un déterminant important à l’usage du vélo. Parmi les obstacles à la pratique, le danger perçu notamment en ce qui concerne le trafic routier, est régulièrement cité par les usagers et les non usagers du vélo. Les chercheurs néerlandais auteurs de l’article « Commuting by Bicycle: An Overview of the Literature » (Heinen et al., 2010) conseillent d’ailleurs de distinguer deux types de sécurité : la sécurité objective et la sécurité subjective. La distinction entre ces deux types de dangers, réel et perçu, est nécessaire puisque comme on le sait depuis plusieurs années pour l’ensemble des modes de transport, « le changement modal s’opère lorsque que les perceptions du risque pour un mode donné sont réduites [modal shifts occur when risk perceptions for a given mode are reduced] » (Noland, 1995, page 1). En analysant, un maximum de travaux internationaux sur les questions des risques et des avantages perçus et réels liés à l’usage du vélo et de la marche, l’étude sur la Perception des Avantages et des Risques des Modes Actifs (PARMA) dirigée par Francis Papon, propose de faire le point sur les connaissances actuelles, afin de réaliser à la suite de cette revue de littérature un questionnaire permettant d’aborder les nouveaux champs d’études identifiés.

Carolina Martinez Tabares (Ifsttar/Ame/LPC) : Motivation au choix du vélo comme mode de déplacement : impact des attitudes, des expériences de mobilité et des facteurs externes sur la propension à adopter le vélo

Le vélo urbain utilitaire, une des solutions possibles aux problèmes de mobilité (ex, pollution), a une faible part modale (3%) en France malgré des efforts pour l’augmenter. Nous nous intéressons notamment aux représentations, aux motivations et à l’agressivité perçue des comportements des automobilistes. Nous reviendrons ainsi sur les résultats de trois études. Basée sur 20 entretiens semi-structurés réalisés en Île-de-France, la première permet d’identifier les principales représentations et les motivations liées au vélo urbain utilitaire et d’examiner s’il y a des similitudes et des différences entre cyclistes et non- cyclistes. A partir d’une enquête en ligne (N=409) diffusée dans les principales villes en France, la seconde étude identifie le poids des arguments auparavant identifiés et distingue représentations et motivations chez les cyclistes et les non-cyclistes. Bien que révélant des différences quantitatives entre représentations et motivations, ces deux études révèlent que les avantages, leviers, inconvénients et barrières liés au vélo urbain utilitaire sont comparables entre cyclistes et non-cyclistes. Basée sur une enquête en ligne (N=174) diffusée dans 2 villes faisant état de parts modales vélo différentes : Paris (3%) et Berlin (13%), la troisième étude a cherché à comprendre si les cyclistes perçoivent l’agressivité des automobilistes sur la route. Elle révèle que les prédicteurs de l’agressivité perçue sont l’intention, le danger, la connaissance, la légitimité, l’identité cycliste et l’agressivité. Les implications théoriques, méthodologiques et appliquées des résultats seront discutées.

David Sayagh (Ifsttar/Ame/Dest) : « Manières de penser et de pratiquer le vélo en milieu urbain des jeunes en fin d’adolescence : typologies de pratiquant.e.s et de non- pratiquant.e.s »

Notre propos porte sur les manières de penser et de pratiquer le vélo en milieu urbain des jeunes en fin d’adolescence. Nous nous appuyons notamment sur 101 entretiens semi-  1 directifs réalisés avec 80 adolescent.e.s âgé.e.s de 17 à 19 ans, ainsi que 26 de leurs parents , dans des milieux géographiques et sociaux variés des métropoles de Montpellier et de Strasbourg. Leur analyse nous permet de présenter deux typologies. Toutes deux élaborées en combinant la méthode de l’idéaltype wébérien et celle de l’agrégation autour d’unités- noyaux, l’une présente les différents types de pratiquant.e.s, l’autre les différents types de non-pratiquant.e.s de notre échantillon. Ces typologies permettent d’abord d’illustrer le fait qu’une partie non négligeable des pratiques urbaines du vélo des adolescent.es n’ont pas de but et de fin en soi et invitent pour être appréhendées, à recourir à des acceptions dépassant la simple adéquation « origine-destination » des déplacements tels qu’ils sont définis dans les enquêtes ménages-déplacements. Elles permettent en outre de saisir que les différentes pratiques urbaines du vélo ne peuvent être comprises sans lien avec les rapports au quartier de résidence, les rapports aux infrastructures routières, et les sentiments de sécurité et de confort des adolescent.e.s.

Illustration : Mariano Mantel


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.