“Vélos en libre service, marché du vélo, réparation et logistique”. État des lieux des thèses françaises sur le vélo en ville (3/3)

La recherche sur les mobilités cyclistes française en est encore à ses prémisses. Un indice de son émergence et un point de repère sur les travaux récents ou en cours est le nombre de thèses de doctorat portant sur le sujet. Nous dressons ici un état des lieux de ces recherches, essentiellement à partir de la plateforme theses.fr.

La sélection que nous présentons est non exhaustive. Elle se concentre sur les thèses soutenues et en cours de préparation dont les thématiques sont directement en lien avec les préoccupations de l’auteur de ce billet et plus généralement des chercheur·es de CyclOPs. Si votre travail ou une thèse que vous pensez devoir apparaître dans la liste qui suit n’y figure, n’hésitez pas à nous contacter.

Ce prisme nous a conduit à identifier 24 thèses, soutenues ou encours, que nous présentons en 3 articles successifs :

Troisième et dernier volet de ces présentations : les thèses ayant pour objet les vélos en libre service et le vélo hors le déplacement, c’est-à-dire à la fois comme objet à vendre et à réparer.

Sommaire hypertexte

Vélos en libre-service

Le vélo hors le déplacement

Vélos en libre-service

La ville comme expérimentation : le cas du Vélib’ à Paris

Thèse en soutenue par Martin Tironi, en 2013 à l’ENMP

Cette thèse examine le processus de déploiement du service Vélib’, l’infrastructure de vélos publics de Paris. En se penchant sur les multiples épreuves, pratiques et enquêtes qui rendent possibles le maintien et la permanence de l’infrastructure, elle développe l’argument selon lequel Paris, la première capitale dotée d’une technologie de vélos publics de grande ampleur, est devenu un terrain d’exploration où sont testés des savoirs et instruments relatifs à l’écologie urbaine, les utilisateurs et la mobilité. Il est montré que le devenir expérimental du service n’a jamais constitué une politique explicite, mais qu’il est le résultat de manières concrètes de concevoir et d’affronter les problèmes qui sont apparus. Plutôt que de partir d’une définition préexistante et parfaitement délimitée de ce qu’est l’objet Vélib’, cette thèse analyse le dispositif à partir des opérations hétérogènes d’entretien qu’il nécessite, en montrant que chacun de ces arrangements fait agir le service différemment. Cette démarche, qui consiste à étudier le programme de vélos en libre-service en actes, tel qu’il se fabrique dans le travail ordinaire de tous les jours, contribue à ouvrir la voie à un nouveau registre des études sur la mobilité, et à élargir les questions sur les agences, les agencements et les activités qui configurent et fabriquent les infrastructures urbaines.

Retour au sommaire

L’usage du vélo en libre-service : impact de l’environnement socio-économique des stations sur la génération de la demande. – Application sur la Métropole de Lyon

Thèse soutenue par Tien Dung Tran, en 2016 à l’ENTPE

Résumé non disponible.

Retour au sommaire

Le vélo hors le déplacement

 

Le marché de la bicyclette en France de la fin du XIXe siècle à nos jours

Thèse soutenue par Ingrid Babilotte, en 2012 à l’Université Paris 1

La bicyclette naît durant la « Grande Dépression» (1873-1896) qui est aussi une ère d’innovations dans le secteur des transports (tramways, autobus, métros). Comment le marché de la bicyclette s’est-il développé en interaction avec l’économie, la fiscalité, la sociologie, l’écologie, le sport, la médecine, les techniques ? Sa diffusion en France est en liaison avec des transformations économiques contemporaines (la production en série, la consommation de masse) et bouleverse également la société (émancipation et mode féminine, médecine, distance, transport individuel). Quels sont les rôles de la presse et du sport ainsi que des utilisations professionnelles dans son développement ? Quelle est l’évolution de la perception de la bicyclette auprès de la population? Au cours de cet essor, quelles sont les crises du marché ? Sont- elles en liaison avec des évolutions nationales, internationales? Ou bien, sont-elles spécifiques? C’est un moyen de transport qui reste, aujourd’hui, au cœur de l’actualité économique, sociale et politique. Quels sont les effets de la mondialisation sur les échanges commerciaux de bicyclettes, d’une part, et sur les entreprises françaises notamment celle des ycles Peugeot, d’autre part? Les métropoles françaises voient se développer l’usage du tramway. La pratique du vélo reprend ses « lettres de noblesse» dans le cadre du développement durable

Retour au sommaire

Le produit bicyclette en France (1883-1995) : engouement, conception, concrétisation

Thèse soutenue par Seyed-Hashem Mosaddad, en 2001 à l’Université Paris 4

Les vélos sont de plus en plus présents sur tous les continents et se diffusent chaque jour davantage dans la vie courante des Occidentaux. Ce pur produit de civilisation industrielle est chargé culturellement, socialement et économiquement de deux siècles d’histoire. C’est une machine à moteur humain qui témoigne également du puissant esprit inventif de l’homme jusque dans ses plus petits détails. C’est un engin dont la mutation n’a fait que passer d’un environnement prospère du savoir-faire des concepteurs à un milieu technologique enrichi des innovations et des nouveautés techniques. C’est pourquoi le projet de ce travail est orienté vers une recherche historico-conceptuelle du produit bicyclette. La présente étude a pour but de repérer les éléments-clés qui sauvegardent le vélo face à l’émergence des nouveaux et divers appareillages modernes à caractères sportifs, utilitaires ou ludiques, et de connaître les enjeux industriels et économiques envisagés dans sa production, ceux qui le soutiennent comme le sport privilégié, le loisir favori, l’instrument indispensable du travail, ou encore comme le moyen de transport écologique, économique et pratique. Dans cette optique, les industriels réalisent, grâce aux technologies de pointe, des cycles d’une performance meilleure qui sont amplement exigés par les utilisateurs. Ainsi, les ingénieurs sont à la recherche de nouveaux concepts issus du progrès des techniques afin de dégager des réponses applicables aux besoins impératifs du marché. Le résultat de ces recherches se traduit bien évidemment par le biais du brevet d’invention, mais également par la concrétisation des solutions jugées concrètes et la commercialisation des innovations.

Retour au sommaire

Réparation cycliste et mobilités durables, étude de cas internationale

Thèse en cours de préparation par Margot Abord de Chatillon, depuis 2017 à l’ENTPE

Cette thèse a pour objet la réparation cycliste comme angle original pour aborder les mobilités urbaines. La transition vers un usage plus élevé de la bicyclette en milieu urbain est facilitée par un environnement construit adapté, par l’acceptabilité culturelle du cyclisme et par des politiques publiques adéquates (Geels et al., 2011), mais aussi par l’aspect technologique de cette forme de mobilité, qui pour certains est même le facteur central du succès d’une transition (Kohler et al., 2009). Les opérations de réparation et de maintenance sont centrales à la compréhension du rôle de technologies dans les sociétés modernes (Graham et Thrift, 2007). Entretenir et réparer régulièrement une bicyclette est nécessaire au bon fonctionnement de cet appareil mais une grande diversité de pratiques existe en ce qui concerne la façon dont les cyclistes abordent ces activités, et dont celles-ci influencent leur mobilité. Cette thèse a donc pour objet de mieux comprendre et mettre en valeur cet aspect sous-jacent aux déplacements cyclistes tout en abordant le rapport des cyclistes à la technologie et à l’objet vélo, à travers une étude de cas comparée entre les villes de Lyon (France) et Melbourne (Australie).

Retour au sommaire

Les livreurs à vélo des plateformes numériques à l’épreuve de la ville : transformations du travail et dynamique urbaine

Thèse en cours de préparation par Pierre Grilo, depuis 2017 à l’Université Paris 10

La thèse en question a pour objectif de comprendre la mise en forme du travail et de ses conditions dans les plateformes de livraison dans le cadre d’une organisation du travail dite « ubérisé ». C’est-à-dire reposant sur l’utilisation d’une application numérique et d’un statut d’auto-entrepreneur qui semblent incarner certaines mutations du travail contemporain. D’autre part, ce travail s’exerçant dans un cadre urbain, il s’agira d’identifier les transformations que cette « économie de plateforme » exerce sur la ville et quelles expériences urbaines font les livreurs face à un lieu de travail aussi large et incertain. Enfin, on s’intéressera à l’historicité et aux conditions d’émergence d’une économie de plateforme dans le contexte de la logistique urbaine. Ceci permettra de faire un pas de coté historique concernant la prétendue nouveauté de nouvelles formes de subordinations incarnées par l’économie de plateforme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.