Nette hausse du trafic cyclable dans la Métropole de Lyon en 2017

Le Grand Lyon donne accès publiquement aux données des 57 écocompteurs installés sur le territoire de la Métropole. Ces dispositifs de comptage sélectif des vélos couvrent surtout les villes de Lyon et Villeurbanne, où leur disposition est dense. Ils permettent dans une moindre mesure d’évaluer le trafic cyclable de quelques points des communes de Bron, Vénissieux et Vaulx-en-Velin, ainsi que, marginalement, de Décines et  Marcy-l’Étoile.

Géographie des écocompteurs lyonnais (capture d’écran du site eco-public.com)

Pignon sur Rue, maison du vélo et des modes actifs, s’est livré à une analyse des données de l’année 2017. Nous y apprenons que les compteurs ont mesurés 20,6 millions de passages, soit 56 500 comptages par jour. Cela représente une hausse de 15% des vélos comptés dans la Métropole  par rapport à 2016.   Il serait un peu rapide de conclure mécaniquement que la hausse des déplacements à vélo est de 15% mais ces chiffres indiquent une utilisation du vélo en nette hausse. Les cinq points de comptage les plus fréquentés – Gambetta, Pont Lafayette, Pont Morand, Berges du Rhône et Part-Dieu – représentent à eux seuls près de 30% des vélos comptabilisés.

Sur le cours Gambetta, où 1,4 millions de passages ont eu lieu en 2017, la part modale du vélo est, selon Pignon sur Rue, de 33%. Sans détailler quels sont les points où l’augmentation d’une année à l’autre est la plus forte, l’association remarque que la progression de la fréquentation sur cet axe majeur est de 8% entre 2016 et 2017. Cette comparaison sur un même compteur et non en cumulé modère quelque peu l’idée d’une hausse de 15% du trafic cyclable mais confirme la tendance générale. Surtout, parce que cette augmentation de 8% concerne un axe davantage dédié au déplacement utilitaire qu’aux pratiques de loisirs1 , elle semble confirmer la hausse progressive du vélo dans la part modale des déplacement domicile-travail ou domicile-lieu de commerce/loisirs par exemple.

Enfin, Pignon sur Rue, révèle quelques détails sur les jours de l’année où le trafic a été le plus ou le moins dense ou encore, ce qui devrait plaire au Grand Lyon, institution adepte des classements, que les chiffres des écocompteurs situent le cours Gambetta et le Pont Morand sur le podium national des sites les plus  cyclables (après un point de comptage strasbourgeois).

Correctif publié le 12 février 2018 : +10% de vélos comptés en 2017

Si Pignon sur Rue a, dans un premier temps, diffusé une estimation de la hausse des vélos comptés aux alentours de 15% entre 2016 et 2017 (la différence entre vélos comptés et vélos en circulation étant soulignée dans notre article), il semblerait que cette évolution soit plutôt aux alentours de 10%. C’est en tous cas l’information diffusée dans un communiqué de la Métropole de Lyon repris par la presse.

Nous apprenons dans ce communiqué que la Métropole a fait réaliser des comptages manuels en 19 points un jeudi par mois aux heures de pointe du matin (7h30-9h30) et du soir (17h-19h). Ces comptages indiquent un trafic cyclable en hausse de 3,4% entre 2016 et 2017. Ce pourcentage serait sous-estimé, “compte tenu des chantiers qui perturbent plusieurs points de comptage (dans le quartier de la Part-Dieu notamment)”.

La Métropole de Lyon a aussi diffusé le nombre de locations et abonnement Vélo’v, le système de vélos en libre-service géré par JC Decaux. En 2017, 8,5 millions de locations ont été enregistrées et 68 500 étaient abonnées au service. En ramenant les mouvements effectués à la totalité des vélos comptés (20,6 millions), on peut donc dire que la part des Vélo’v dans la totalité du trafic cyclable se situe aux alentours de 40%2. Il serait aussi intéressant de connaître la proportion que représente les livreurs à vélo des plateformes comme Foodora ou Uber Eats dans la totalité des vélos comptés sur le territoire lyonnais.

Depuis 2010, le trafic vélo sur le territoire de la Métropole de Lyon a été multiplié par 2,5, selon le Grand Lyon. Notons enfin que la communication autour du vélo en ville continue de s’appuyer largement sur l’évaluation chiffrée des aménagements et particulièrement la mise en valeur du kilométrage de pistes cyclables. Le communiqué précise en effet que “Le réseau cyclable atteint désormais 786 km dont 61,7 km livrés en 2017. Depuis 2015, le rythme de déploiement est passé à 60 km/an (contre 30 km/an au cours du précédent mandat). L’objectif est d’atteindre les 1 000 km de réseau cyclable en 2020.” et que “Le territoire de la Métropole compte désormais près de 27 000 places de stationnement vélo, dont 2 250 places sécurisées (parcs LPA, P+R TCL et TER). Avec ces chiffres, les objectifs du Plan d’Actions pour les Mobilités Actives (PAMA) pour 2020 sont quasiment déjà atteints.

 

Illustration : Jean-Louis Zimmermann

  1. Il s’agit là d’une hypothèse. Nous pouvons penser que les proportions vélo utilitaire/vélo  loisirs ou vélo sportif sont sans doute bien différentes en fonction des secteurs. Sur le cours Gambetta, les cyclistes utilitaires sont en proportion au moins bien plus nombreux que sur les berges du Rhône au centre de Lyon ou sur  la ViaRhôna au Nord-Est du territoire métropolitain, où la proportion d’excursionnistes et de sportifs (et de randonneurs itinérants à certaines périodes) est sans doute bien supérieure. []
  2. Le chiffre brut est de 41,5% (8,5/20,5) mais les deux statistiques sont constituées différemment, ce qui conduit en toute rigueur à se contenter d’un estimation assez vague. Les locations des Vélo’v sont en effet intégrées systématiquement au comptage tandis qu’un vélo (Vélo’v ou vélo privé) peut avoir été compté plusieurs fois ou au contraire ne pas avoir été compté lors d’un de ses déplacements. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.