Les mobilités cyclistes et leurs enjeux

Travaux des élèves du master TLTE dans le cours “Les mobilités cyclistes et leurs enjeux”

Ce post de blog recense des photos prises par les élèves du master TLTE en région parisienne pour mettre en avant certains enjeux du cyclisme urbain.

Les Vélo routes : se déplacer à vélo sur de longues distances

Sarah Aoufi et Salima Medjahdi

Une véloroute internationale est un chemin spécial pour les vélos qui passe à travers plusieurs pays. Son objectif principal est de relier des lieux importants ensemble, afin que les gens puissent faire du tourisme à vélo entre différents pays. Pour le rendre facile pour les cyclistes, les pays concernés travaillent ensemble pour s’assurer que les panneaux, les règles et les routes soient similaires, afin que les cyclistes puissent voyager sans problème sur de grandes distances, même lorsqu’ils franchissent des frontières.

Cette photo nous montre le balisage de l’avenue Verte Paris-Londres située quai de l’Oise dans le XIXème arrondissement de Paris. Un balisage clair et précis est essentiel pour assurer la sécurité des cyclistes en indiquant les itinéraires sûrs et en minimisant les risques de se perdre ou de se retrouver sur des routes dangereuses. De plus, le balisage doit également permettre une navigation facile tout au long de l’itinéraire, avec des indications compréhensibles et cohérentes pour guider les cyclistes depuis Paris jusqu’à Londres, en passant par des chemins sécurisés, agréables et sans se perdre également.

La réparation de vélos

Serigne Saliou Diop

J’ai pris cette photo dans un atelier de réparation de vélos à Luxembourg, où deux experts passionnés s’unissent pour restaurer un vélo avec dévouement. Cette scène incarne l’essence même des enjeux liés à la mobilité cycliste. Les mains expertes des mécaniciens témoignent de l’importance de l’entretien régulier pour soutenir une mobilité cycliste sûre et fiable. Les outils spécialisés, les gestes précis et la collaboration entre ces deux artisans de la route révèlent l’engagement dédié à promouvoir un mode de vie respectueux de
l’environnement.

Au-delà de la simple réparation, cette photo souligne la nécessité de créer des espaces dédiés à la maintenance des vélos, favorisant ainsi l’essor de la communauté cycliste. L’atelier devient un lieu de rencontre où l’expertise se mêle à la passion pour le cyclisme, renforçant l’idée que les vélos sont bien plus que des moyens de transport, mais des compagnons de voyage qui méritent une attention particulière.

Les différents acteurs des mobilités cyclistes à Paris

Sarah Arab-Tani et Matthieu Coutureau

Nous pouvons voir sur cette photographie un vélo à assistance électrique aux couleurs de l’autorité organisatrice des transports en Île-de-France, « Île-de-France Mobilités », stationné sur un parking à vélo rue Pierre et Marie Curie dans le cinquième arrondissement de Paris. Ces vélos “Île-de-France Mobilités” ont été nommés “Véligo” par la région afin de désigner plus spécifiquement un nouveau service de location de vélo pour les franciliens. En effet, les Franciliens disposent depuis septembre 2019 du plus grand service de location longue durée de vélos à assistance électrique (VAE) au monde, l’objectif étant d’encourager l’utilisation du vélo notamment pour les migrations pendulaires.

Le Véligo est une illustration particulièrement intéressante de ce que peut être le champ d’action politique lorsqu’il s’agit de mettre en œuvre de véritables initiatives publiques chargées d’encourager la pratique du vélo en ville. Tandis que les pouvoirs publics tendent à décourager les citadins d’emprunter leur véhicule motorisé afin de réduire la pollution de l’air et la pollution sonore, comme on a pu le remarquer avec la mise en place des vignettes Crit’air, ils peuvent également les inciter à la pratique du vélo en ville.

L’intérêt du vélo électrique dans la transition énergétique et écologique

Sami Azerzem, Jean Mamba Bassene et Ismaël Mabrouk

La photo présente quelqu’un chevauchant un vélo électrique sur une rue humide. La personne porte un sac à dos, probablement en route pour le boulot ou les cours. Ce vélo électrique lui permet de se déplacer rapidement et sans effort, tout en étant éco-friendly. La météo pluvieuse est évidente avec le sol mouillé reflétant la lumière. Cette photo démontre que le vélo électrique peut être utilisé quel que soit le temps.

Dans l’ensemble, cette image illustre la pertinence du vélo électrique dans la transition vers une énergie plus propre et écologique. Il se révèle être un mode de transport idéal en ville, réduisant la dépendance aux énergies fossiles et limitant les émissions de gaz à effet de serre. En offrant confort et liberté de déplacement, le vélo électrique favorise une mobilité durable et responsable, en accord avec notre environnement.

La place de la pratique du vélo en banlieue parisienne

Siriman Coulibaly, Yacine Boughradi et Abdoul Coulibaly

Cette photographie montre un homme capturé de dos, qui semble épuisé par les exigences de sa journée de travail. Arborant un gilet de sécurité, il incarne le respect des normes de sécurité, soulignant ainsi que de nombreux citoyens en banlieue intègrent pleinement ces règles dans leur vie quotidienne. La sécurité devient ainsi une composante essentielle du mode de vie des habitants, à mesure que la pratique du vélo gagne en intensité.
L’image révèle que le vélo transcende son rôle utilitaire pour devenir une extension personnelle. Le sac attaché à l’arrière du vélo renferme toutes ses affaires de valeur, soulignant la transformation du vélo en un moyen de transport non seulement pour la personne elle-même, mais aussi pour ses biens essentiels.
Cette observation met en lumière la manière dont la pratique du vélo s’intègre de manière organique dans les habitudes et le quotidien des individus en banlieue.

La détérioration des vélos en libre-service

Esteban Cancalon et Mattéo Da Cruz

Vélib’ métropole anciennement Vélib’ est un service de vélo en libre service, mis en place a Paris et dans les villes adhérent au syndicat Autolib’ et Vélib’ métropole, ce qui l’étend à de nombreuses communes périphériques à la capitale. L’exploitant Smovengo opère sur ce service depuis janvier 2018 et a ajouté la nouvelle génération de Vélib’ bleus à assistance électrique. Cependant, ce service souffre de son succès : très utilisé, il rencontre des soucis de détérioration de ses véhicules roulant en libre service. Certains usagers pourvus de mauvaises intentions ou dépourvus d’adresse, abiment les vélos.

Cette photographie témoigne de la première forme de dégradation que nous avons pu observer, qui est celle de la dégradation matérielle des vélos. On observe ici que le pneu est séparé de la jante et est fortement dégradé, ce qui induit une inutilité de ce vélo pour le service. Cette image témoigne des nombreux véhicules Vélib’ dégradé par les utilisateurs et non utilisateurs de ce service.

Les vélos dans la ville

Zaina Amarouchi

Lors des déplacements urbains, la bicyclette possède beaucoup des avantages de l’automobile (rapidité, porte à porte…), sans ses inconvénients (difficultés de stationnement, coûts, pollution). Pourtant, son intégration dans les politiques de transport urbain se heurte à toutes sortes d’obstacles.

Différents facteurs influencent l’usage du vélo en ville, parmi lesquels la structure urbaine (taille de la ville, tissu urbain, volume du trafic motorisé) ; les contraintes physiques (relief, climat) ; l’attitude des individus (en fonction de leurs expériences, de leur style de vie, et de leurs craintes) ; et les facteurs collectifs et politiques (culture, modes de vie, préservation de l’environnement, incitations monétaires et non monétaires…). Mais la diversité des pratiques cyclistes qu’on peut constater dans des villes comparables par leur taille, leur topographie, leur climat etc…, montre bien qu’en réalité aucun de ces éléments n’est véritablement ni déterminant, ni explicatif.

Le vélo est en passe de devenir un des principaux services répondant à l’évolution des territoires et des modes de vie. Le vélo est sorti de sa marginalité, mais il reste encore beaucoup de chemin à parcourir.

L’essor de l’usage du vélo en proche banlieue parisienne

Andréas De Gail et Thérèse Orcun

Les pratiques de mobilités en banlieue se voient transfigurées, en s’inscrivant dans une tendance plus large, celle de la “transition écomobile”, marquant une intégration plus riche de l’usage de vélo. Cependant, l’essor du vélo en banlieue ne se fait pas de manière uniforme, soulevant des interrogations sur les motivations, les infrastructures, et les répercussions potentielles sur la santé et les inégalités sociales. À travers ces illustrations, nous proposons une étude du cyclisme pendulaire en proche banlieue parisienne.

Cette photo est celle d’une station de vélib’ située à proximité des arrêts de bus 180, 25, 325 et 125 desservant Paris. Elle a été prise au nord du quartier d’Ivry Port, qui est en forte redynamisation. Mais au moment de prendre la photo, la station contenait une trentaine de vélos, seulement quatre bornes étaient vides. La question se pose alors de savoir si le vélo est réellement utilisé en banlieue, même lorsque celle-ci est connectée à une grande ville. En effet, les rues de Gambetta sont fortement congestionnées par les voitures en heures de pointe. Néanmoins, la présence de cette station témoigne des efforts des collectivités en proche banlieue d’investir dans des infrastructures favorisant l’usage du vélo, témoignant d’un bouleversement en cours dans les pratique de mobilité dans ces espaces, nourrissant l’espoir d’une diminution de la dépendance des habitants de à l’égard de la voiture.

La lutte contre le vol de vélos stationnés dans les espaces publics

Maxime Bourgoin et Tony Alkhawly

De plus en plus sophistiqués et en grande majorité de plus en plus coûteux pour un vélo de qualité, les vélos récents sont de nos jours les cibles principales des actes de vandalisme et de vol. Les conséquences de ce genre de pratique sont nombreuses : le vol de pièces peut impacter la sécurité des cyclistes ainsi que leur santé psychologique mais aussi engendrer des coûts de réparation conséquents allant jusqu’au rachat d’un nouveau vélo en cas de vol intégral.

Voici un vélo équipé d’un système de lutte contre le vol, il s’agit du marquage BICYCODE mis en place en 2004 par la Fédération Française des Usagers de la Bicyclette (FUB). L’objectif du BICYCODE est de fournir une identification unique pour chaque vélo en attribuant un numéro spécifique qui est ensuite gravé sur le cadre du vélo. Ce dernier permet dissuader le vol ou d’identifier le propriétaire légitime du vélo en cas de vol. Ainsi grâce au marquage, entre 7 et 10 % des vélos marqués sont restitués à leurs propriétaires après un vol.

Une analyse approfondie du vélo cargo : Évolution d’un mode de transport quotidien

Maureen Deschamps

Dans cette scène capturée, un homme est en train d’effectuer une livraison à l’aide d’un vélo cargo. Cette illustration visuelle offre un aperçu dynamique d’une pratique de plus en plus courante en 2023 : le concept du dernier kilomètre, où l’utilisation de modes de transport durables, notamment le vélo, prend une place prépondérante.

Initialement, les trajets du dernier kilomètre étaient principalement réalisés à l’aide de camions. Ces images reflètent une transition significative, offrant au vélo la possibilité de s’imposer dans ce domaine. Le vélo cargo incarne donc une transformation significative, permettant non seulement de répondre aux impératifs écologiques, mais aussi de repenser la manière dont nous concevons et exécutons les livraisons et les déplacements urbains.

Femmes et vélo : L’émancipation des femmes à travers cet objet technique

Laura Akriche et Margot Jacquier

Gain de temps, activité sportive, objet technique de lutte contre l’harcèlement, le vélo s’est instauré au fur à mesure des années comme moyen pour les femmes de lutter contre le harcèlement de rue que l’on subit en utilisant la marche ou les transports en communs pour se déplacer. Les femmes se sont progressivement approprié le vélo au même titre que les hommes autant dans les domaines sportifs qu’au quotidien. Pour démontrer cette émancipation des femmes, nous avons décidé de photographier une de nos amies faisant du vélo en robe.

Cette photo représente une femme en robe sur un vélo. Aujourd’hui, il est possible d’utiliser cet objet en portant des vêtement dits “féminins” comme des robes et jupes qui montrent en partie les jambes de la cycliste. Ce n’était pas le cas dans le contexte de la naissance de l’utilisation de cet objet : historiquement, cet objet était destiné aux hommes portant des pantalons.



Citer ce billet
Margot Abord de Chatillon (2024, 4 janvier). Les mobilités cyclistes et leurs enjeux. CyclOPs. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vekd

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search