Journée d’étude “Mobilités actives des enfants et des adolescents” le 19 octobre 2022

Deux garçons se déplacent sur un vélo le long d'un trottoir dans la province de Bulacan, aux Philippines. Avoir un ami qui a un vélo est le ticket d'entrée d'un enfant pour explorer les zones de la ville proches de son quartier.
Wayne S. Grazio, province de Bulacan, Philippines

Co-organisé par la Maison du Vélo Lyon et Matthieu Adam, chargé de recherche au CNRS, UMR 5600 Environnement Société, ENS de Lyon/Université de Lyon, dans le cadre de la dynamique Mobiscol.

Télécharger le programme de la journée d’études en pdf.

Informations pratiques

Lieu : Salon Louis Pradel, Hôtel de Métropole, 20 rue du Lac, 69003 Lyon.
Mercredi 19 octobre de 14 h à 18h15
Contact : cyril@maisonduvelolyon.org et matthieu.adam@ens-lyon.fr
Programme complet de la rencontre Mobiscol : https://lnkd.in/e87MTg3Z
Inscriptions : https://lnkd.in/eHGgsxEV
Pour faire face collectivement à la pandémie de Covid-19 toujours en cours, le port du masque sera obligatoire en intérieur.

Introduction

Introduction par Yvette Lathuilière, conseillère pédagogique départementale éducation au développement durable, Académie du Rhône.

Table ronde 1 : L’enfant à vélo, de la conquête de l’équilibre à celle de l’autonomie – 14h à 15h45

Influence des pratiques éducatives sur l’apprentissage et la pratique du vélo chez l’enfant

Bérengère Rubio, maitre de conférences en psychologie du développement. Laboratoire CLIPSYD, équipe Développement social et émotionnel. Université Paris Nanterre.

Apprendre à faire du vélo et à rouler en toute sécurité dans des espaces protégés et sur la route implique de maitriser des compétences motrices et cognitives. Or, dans nos sociétés, la motorisation des déplacements et le contrôle parental diminuent l’expérience des enfants et la possibilité d’acquérir ces compétences, nécessaires pour éviter les accidents au moment des premiers trajets autonomes. A travers les résultats du projet AMPERE*, il s’agira de présenter les facteurs éducatifs qui favorisent l’apprentissage et la pratique du vélo chez l’enfant (par ex. : pratiques parentales, actions éducatives à l’école).

*AMPERE (Apprentissage de la Maîtrise et de la Pratique des Engins à Roues à l’École : Évaluations des actions pour éduquer aux compétences de maniabilité, de sécurité et de citoyenneté ; Rubio1, Legrand1, Cestac2 & Assailly2). Université Paris-Nanterre ; 2. Université Gustave Eiffel

Déplacements des enfants en milieux urbains : l’autonomie en question

Sandrine Depeau, chercheure (CNRS) à l’UMR ESO (Espaces et sociétés) – Université Rennes 2.
Au coeur des enjeux sociaux, sanitaires, éducatifs et environnementaux, la mobilité des enfants en ville est une question capitale pour l’aménagement des villes et la mise en place d’initiatives publiques. Elle l’est d’autant plus qu’elle dépend souvent des contextes de vie et des milieux familiaux et interroge les enjeux de l’autonomie des enfants. Mais, que signifie être autonome dans ses déplacements pour un enfant ? Comment l’autonomie a-t-elle évolué depuis ces 10 dernières années ? Quels sont les facteurs impactant ? Pour y répondre, l’intervention s’appuiera sur une série de résultats issus d’enquêtes menées depuis une vingtaine d’années auprès d’enfants de 10-12 ans vivant et se déplaçant en des contextes urbains variés.

Déploiement du Savoir Rouler à Vélo en école primaire : une mise en œuvre à l’épreuve

Fanny Raingeaud, doctorante au laboratoire Analyse Comparée des Pouvoirs (ACP) – Université Gustave Eiffel. Sociologie.
Le « Savoir Rouler à Vélo » (SRAV) est un dispositif qui entend rendre autonomes à vélo tous les enfants en âge d’entrer au collège. Si le développement d’une telle démarche semble faire sens dans un contexte de mise à l’agenda de la lutte contre la sédentarité à l’école et de nécessaire développement des mobilités douces à des fins environnementales, sa mise en oeuvre, dans un contexte de multiplication des mesures d’inspiration néo-managériales, offre des challenges de coordination – de dispositifs, d’acteurs, de ressources – dont nous proposons d’analyser les formes.
Selon trois axes nous entendons analyser les défis de la mise en oeuvre de ce dispositif : quelle place pour le SRAV dans le paysage de l’action publique en matière de promotion de l’activité physique (AP) dans le premier degré de l’école française ? Qu’implique la dimension interministérielle du dispositif en termes de coordination des actions des services décentralisés à l’échelle départementale ? Que nous dit le système attestations/plateforme et ses limites sur la pluralité des cadres cognitifs des acteurs mobilisés dans le cadre du dispositif ?
Il s’agira finalement d’identifier les intérêts et limites du SRAV en tant qu’instrument national de l’action publique (IAP) de développement de la pratique du vélo dans les territoires français.

Table ronde 2 : L’adolescent·e cycliste, du risque de la pratique à la pratique à risque – 16h15 à 18h

Le vélo chez les jeunes en Suisse romande : tendances et enjeux

Aurélie Schmassmann, assistante-doctorante, Université de Lausanne, Institut de géographie et durabilité (IGD), Observatoire universitaire du vélo et des mobilités actives (OUVEMA)
La pratique du vélo pendant la jeunesse est caractérisée dans de nombreux pays par deux tendances : son déclin sur plusieurs décennies (effet de génération) et son déclin au cours de la vie (effet d’âge). Ma présentation aborde l’effet d’âge à travers une enquête menée dans une ville suisse auprès de jeunes âgés de 12 à 20 ans (n=1’358). Notre étude va au-delà de la dichotomie cycliste/non-cycliste et identifie plusieurs cas en termes de compétences (apprentissage du vélo), de possession d’un vélo et d’appropriation (raisons et fréquence d’utilisation du vélo). Si la plupart des jeunes (98%) ont appris à faire du vélo, une minorité importante ne prolonge pas la pratique du vélo au-delà d’un jeu d’enfant. Parmi ceux qui continuent, l’usage du vélo devient souvent moins utilitaire et plus récréatif et occasionnel. Les principaux déterminants expliquant les pratiques cyclistes des jeunes renvoient à la socialisation (pratiques cyclistes des parents, niveau d’éducation et revenu), au genre et aux espaces de la vie quotidienne (lieu de résidence et d’études). Nous identifions finalement plusieurs leviers pour favoriser la pratique du vélo chez les jeunes.

Le renforcement des socialisations cyclistes sexuées durant l’adolescence

David Sayagh, maître de conférences en sociologie à la faculté des sciences du sport de l’université Paris-Saclay, laboratoire CIAMS (Complexité, innovation, activités motrices et sportives).
Un processus de socialisation sexuée au (et par le) vélo s’opère dès le plus jeune âge à travers des injonctions sexuées véhiculées par les parents, le milieu scolaire, les médias, les jouets et les vélos eux-mêmes. Ce processus se trouve considérablement renforcé durant l’adolescence. Il s’appuie notamment sur des socialisations différenciées à l’esthétique corporelle, au risque, aux (et par les) activités physiques et à (et par) la rue. Alors qu’il est le plus souvent délaissé par les filles, le vélo représente pour les garçons un support idéal à la construction d’une masculinité hégémonique par le développement du goût du risque et de l’effort physique, ainsi que par l’appropriation de l’espace public. Ce clivage se trouve davantage prononcé en milieu populaire et dans les territoires peu cyclistes alors qu’il tend à être moins marqué au sein des franges culturelles des classes moyennes intermédiaires et supérieures, où il est courant que le vélo fasse office de support de distinction sociale par le contrôle du corps/de la santé et le respect de l’environnement. Afin de limiter ces inégalités, ces résultats encouragent à poursuivre le programme « savoir rouler » au collège, en favorisant l’accès de tou·te·s à un vélo, à des équipements sécurisés ainsi qu’au développement de compétences mécaniques. Pour éviter des actions contre-productives, la formation des intervenant·e·s aux problématiques de genre et aux dynamiques intersectionnelles semble essentielle. Si la lutte contre les inégalités d’accès à l’espace public paraît capitale et qu’elle devrait peut-être constituer un axe prioritaire de la promotion des activités physiques/sportives, ce sont tous les processus sur lesquels reposent le patriarcat qu’il faudrait déconstruire simultanément.

Le rapport des adolescents au risque

Jean-Pascal Assailly, expert pour le Conseil National de Sécurité Routière.
On présentera les mécanismes de la prise de risques, de la perception des dangers et de l’acceptation des risques subis, qui nous permettent de mieux comprendre les comportements dangereux des adolescents. On soulignera également les influences de l’environnement familial et social.

Conclusion

Matthieu Adam, chargé de recherche au CNRS, UMR 5600 Environnement Société, ENS de Lyon/Université de Lyon.
La conclusion reviendra sur les éléments transversaux et les apports structurants de la journée afin de proposer des perspectives pour l’action publique et pour la recherche en sciences sociales.

Bibliographie indicative

ADAM Matthieu, ORTAR N., POISSON A. (2022). « Compétent-e-s, mais exposé-e-s : du tricycle au vélo utilitaire, socialisations et trajectoires des cyclistes urbain-e-s » https://www.cairn.info/revue-espaces-et-societes-2022-1-page-33.htm

ADAM Matthieu, ORTAR N. (2022). Becoming Urban Cyclists. From Socialization to Skills, University of Chester Press.

ASSAILLY Jean-Pascal (2022). La mortalité des jeunes, les codes Rousseau.

ASSAILLY Jean-Pascal (2019). Homo automobilis, humanité routière, Imago.

DEPEAU Sandrine, TABAKA, K., DIAS, P., DUROUDIER, S., KEROUANTON, C., LEPETIT, A., CHARDONNEL, S., ANDRE-POYAUD, I., MERICSKAY, B., MOFFAT, E. (2022). « When children move to middle school: a small transition or a major change in their daily travel autonomy? » Journal of urban research.

DEPEAU Sandrine (2021). « Pedibus ». Dictionnaire pluriel de la marche en ville (Sous la direction de DEMAILLY Kaduna-Eve, MONNET Jérôme, SCAPINO Julie, DERAEVE Sophie). Edition l’Oeil d’or.

DEPEAU Sandrine, CHARDONNEL S. (2018). « Les mobilités enfantines en milieux urbains : des traces au discours et parcours pour dépasser les limites spatiales. » La Lettre de l’InSHS, INstitut des Sciences Humaines et Sociales – CNRS 2018.

RAINGEAUD Fanny (2022). « Le “Savoir Rouler à Vélo”, une (re)catégorisation par le langage de l’enseignement du vélo à l’école élémentaire? » [Communication orale]. Dire, faire et analyser, la sociologie du sport face au langage. XXIe congrès de la Société de Sociologie de Langue Française (3SLF), Rennes.

RIVIÈRE Clément (2021). Leurs enfants dans la ville. Enquête auprès de parents à Paris et à Milan, Presses Universitaires de Lyon.

RUBIO Bérengère, CESTAC J., LEGRAND E., ASSAILLY Jean-Pascal (2021). « Usage, socialisation et apprentissage du vélo chez les enfants : une revue narrative de la littérature » https://halshs.archives-ouvertes.fr/hal-03200544/

SAYAGH David (2018). “Pourquoi les adolescentes ont moins de possibilités réelles de faire du vélo que les adolescents. Approche sociologique”, thèse de doctorat, Université Paris-Est, Paris. https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01885227

SCHMASMANN Aurélie, BAEHLER D., RERAT P. (2021). « Le vélo chez les jeunes: pratiques, images et trajectoires cyclistes. Une étude de cas à Yverdon-les-Bains » https://serval.unil.ch/fr/notice/serval:BIB_EAD1BC3B3DD7

Partenaires

Journée d’études dans le cadre de la rencontre territoriale Mobiscol, en partenariat avec :


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search