Apprendre à réparer en roulant : mécanique et appropriation du vélo

vélo démonté posé à l'envers sur un quai de gare

Résumé et présentation de l’article “Appropriating the Bicycle: Repair and Maintenance Skills and the Bicycle-Cyclist Relationship” (Margot Abord de Chatillon), publié dans l’ouvrage Becoming Urban Cyclists édité par Matthieu Adam et Nathalie Ortar en janvier 2022

Dans cet article, j’explore les manières dont les cyclistes apprennent la mécanique vélo. Je montre que cet apprentissage transforme la relation qu’ils entretiennent à leur vélo, et que rouler et réparer vont de pair.

Qu’est-ce qu’apprendre à réparer ? Beaucoup de cyclistes considèrent encore le fait de savoir réparer comme un besoin et une nécessité. Mais il existe peu de formations officielles à la mécanique et de nombreuses personnes apprennent les compétences nécessaire “sur le tas” tandis que d’autres se contentent de compétences minimales. Dans cet article, je propose une comparaison entre les cyclistes les plus à l’aise avec la mécanique et les autres. Qu’est-ce qui change dans l’utilisation d’un vélo quand on est à l’aise avec la mécanique ? Que se passe-t-il sur le vélo lorsqu’un ou une cycliste apprend la mécanique ?

Appropriation et relation cycliste-vélo

Dans cet article, je m’intéresse à la relation instrumentale que le ou la cycliste entretient avec son vélo. Cette relation existe quand quelqu’un utilise son vélo pour une raison : faire des courses, aller travailler… mais aussi pour rester en bonne santé, se déplacer d’une manière qui n’a pas trop d’impact sur la planète, etc. La relation cycliste-vélo ne cesse pas quand le ou la cycliste descend de son vélo, mais elle prend une forme particulière quand le ou la cycliste est sur son vélo. A ce moment-là, ce que j’appelle “l’hybride cycliste-vélo” se constitue au sein du déplacement, le vélo fusionne presque avec la personne qui l’utilise1.

Une théorie permet de mieux comprendre les transformations de la relation cycliste-vélo : c’est la théorie de l’appropriation, développée par Daniel Miller2. Miller part des théories d’Hegel et Marx pour affirmer qu’à l’aliénation dans la production se succède l’aliénation dans la consommation : devant un océan de biens de consommations produits en masse, les individus qui n’ont aucun lien avec la manière dont ces biens ont été produits ne savent plus quelle est leur place. Miller définit la consommation comme un travail qui transforme l’objet (sans particulièrement qu’aucune transformation physique n’ait lieu) et permet progressivement à une personne de redonner du sens à un objet matériel et à l’intégrer dans les significations sociales de sa vie. Ce processus est l’appropriation.

En utilisant la théorie de l’appropriation, je propose de m’intéresser aux pratiques cyclistes et mécaniques. Pour cette étude, les entretiens semi-directifs réalisés avec 35 cyclistes du quotidien ont été exploités, dont 16 très expérimentés en mécanique cycle et 19 peu expérimentés.

Du vélo-alien au vélo approprié

J’ai identifié un lien fort entre l’aisance avec la mécanique et la fréquence de déplacement: les cyclistes du quotidien sont bien plus expert-es en réparation que celles et ceux qui utilisent moins souvent ce mode de transport. Le processus menant d’un extrême de ce continuum à l’autre est le mécanisme d’appropriation.

La première situation est celle des personnes qui n’ont pas approprié leur vélo, et pour qui celui-ci leur est « alien ». Ces personnes peuvent être effrayées à l’idée de manipuler leur vélo. Il leur est difficile d’anticiper une panne mécanique et donc de l’empêcher. Elles ne maîtrisent pas très précisément de vocabulaire attaché aux pièces du vélo, et ne considèrent pas le vélo comme un sujet de conversation qui leur permet de créer des liens avec les personnes qui les entourent. Enfin, le manque de connaissance de fonctionnement du vélo les rend dans une certaine mesure dépendantes d’autres qu’elles dans certaines étapes de leurs pratiques cyclistes (achat d’un nouveau vélo, réparation, etc.).

“Pendant des années, mon guidon ballottait. Un jour, il est complètement tombé ! Je roulais et il s’est tout simplement envolé ! Heureusement je ne suis pas tombée. Je n’utilisais pas mon vélo souvent à cette époque, et quand mon père venait me voir il faisait quelque chose, il resserrait mon guidon avec une clé Allen, mais ça je l’ai compris bien plus tard.”

Ellie, Melbourne

Lorsque le vélo est approprié au contraire, les personnes ont une relation différente à leur vélo. Elles connaissent les pièces qui composent le vélo et peuvent donc identifier les origines de pannes mécaniques, même quand ce sont des pannes qu’elles n’ont jamais rencontrées. Cette appropriation se caractérise aussi par une attention lors du déplacement qui permet au ou à la cycliste de détecter une sensation de frottement ou un bruit inhabituel et donc de diagnostiquer une panne mécanique. Cette relation sensorielle au vélo est aussi une relation à l’environnement : la cycliste sait comment son vélo se comportera sur un terrain plus pentu, ou au sol plus lisse. Une autre manière dont l’appropriation du vélo s’exprime est lorsque le ou la cycliste parvient à l’utiliser pour l’usage qui lui correspond le mieux, lorsqu’elle a su l’équiper pour remplir ses besoins par exemple.

“C’est vrai que des fois tu as des indices qu’il va se passer quelque chose sur ton vélo, c’est comme un patient qui présente des symptômes ! Les freins tu sens, bah le câble, tu freines ça freine plus bah il faut resserrer le câble, tu sens que ça va arriver ! Tu entends les bruits de ton vélo, typiquement la chaîne qui fait des petits bruits c’est que soit c’est sale, soit c’est pas graissé.”

Chloé, Lyon

Le processus d’appropriation s’exprime à la fois à travers l’apprentissage de la mécanique et le développement de l’usage du vélo, qui se produisent simultanément.

L’appropriation en action

L’appropriation peut donc prendre de nombreuses formes. Je donne ici deux exemples : apprendre à réparer en roulant, et apprendre à rouler en réparant.

Apprendre à réparer en roulant : la théorie de l’appropriation permet de concevoir l’apprentissage de la mécanique comme quelque chose qui peut se produire à travers la relation cycliste-vélo. Un exemple de ce phénomène est l’apprentissage d’un principe mécanique en l’expérimentant à même le vélo. Un cycliste qui répare mal sa crevaison et re-crève, une autre qui n’a pas remplacé sa chaîne ou sa cassette depuis longtemps et sent ses vitesses sauter sans raison apparente, apprennent la mécanique vélo en roulant. D’autres cyclistes apprennent la mécanique à travers des projets ou événements de vie, par exemple le souhait d’être prêts à tout avant un voyage à vélo, l’achat d’un nouveau vélo ou le déménagement à une plus grande distance. L’entretien régulier d’un vélo chez un vélociste peut aussi être l’occasion de discussions entre cycliste et mécanicien-nes qui permettent alors un apprentissage mécanique.

“Quand mon père est décédé, je suis revenu en France donc je travaillais pas, j’avais du temps, j’avais sa maison, j’avais ses outils et puis… y’avait un vélo de la famille quoi, et c’est là que j’ai décidé de le rénover. Je ne savais pas faire grand-chose à l’époque, alors je suis allée au magasin de vélo et je leur ai demandé des conseils.”

Florent, Lyon

Apprendre à rouler en réparant : Réciproquement, l’apprentissage de la mécanique transforme la relation cycliste-vélo. C’est d’abord l’hybride cycliste-vélo qui est affecté par cet apprentissage, car la connaissance de certains fonctionnements mécaniques peut permettre à des cyclistes de comprendre et percevoir des choses qui jusque-là échappaient à leur attention. La transformation de la relation cycliste-vélo se produit aussi à un niveau plus général : les cyclistes qui, après avoir développé des compétences mécaniques, se sentent plus à l’aise pour parcourir de plus longues distances sans inquiétude, ou de garder leur vélo longtemps sans ressentir le besoin d’en changer dès que quelque chose ne marche pas.

“Je gonfle mes pneus plus souvent maintenant. Avant je ne me rendais pas compte qu’il fallait le faire aussi souvent, ouais… je roulais probablement avec des pneus presque à plat. Si tu ne le fais qu’une fois par mois alors que tu roules tous les jours, ce n’est pas assez ! Maintenant je le fais toutes les semaines, ou toutes les deux semaines.”

Caitlyn, Melbourne

Pour conclure, apprendre la mécanique c’est s’approprier son vélo, et la mécanique s’apprend aussi à vélo. Réciproquement, apprendre à réparer transforme aussi la manière dont on roule. En concevant rouler et réparer comme deux facettes d’une même pièce, on peut repenser l’apprentissage de ces deux activités. Les programmes de vélo-école pourraient inclure de plus importants modules de mécanique, et les politiques publiques pourraient inciter les cyclistes à réparer eux-mêmes, autant que possible, leur vélo. On peut aussi remettre en question ce qu’on enferme dans l’idée souvent trop restreinte de mécanique : est-ce que faire du vélo ce n’est pas déjà un peu faire de la mécanique ?

Référence : Abord de Chatillon, M. (2022). Appropriating the Bicycle: Repair and Maintenance Skills and the Bicycle-Cyclist Relationship. Dans Ortar N. & Adam M. (Eds.) Becoming Urban Cyclists. Chester University Press.



Citer ce billet
Margot Abord de Chatillon (2022, 21 janvier). Apprendre à réparer en roulant : mécanique et appropriation du vélo. CyclOPs. Consulté le 19 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ng2o

  1. Warnier, J.-P. (1999). Construire la culture matérielle. Presses Universitaires de France. https://doi.org/10.3917/puf.warni.1999.01 []
  2. Miller, D. (1987). Material Culture and Mass Consumption. Blackwell. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search