Affiche féministe atelier vélo

Pratiques genrées de la mécanique vélo

Cet article reprend une étude en cours de publication dans l’ouvrage Cycling societies: emerging innovations, inequalities and governance, coordonné par Denis Zuev, Katerina Psarikidou et Cosmin Popan1. Initialement en anglais, ce travail a été présenté lors d’un webinaire de l’axe Nouvelles Mobilités du laboratoire LAET le 2 juin 2020, dont vous trouverez l’enregistrement vidéo ci-dessous (30mn de présentation/30mn de questions). Ce post de blog résume les principaux arguments apportés et résultats obtenus.

De plus en plus en France, des ateliers vélo proposent des séances en mixité choisie sans hommes cisgenres. A Lyon, il s’agit de la permanence des Heures félines, mises en place par le collectif A vélo Simone. Ces collectifs portent un discours de lutte contre les discriminations rencontrées par les femmes et personnes trans dans les ateliers vélo. Dans le cadre de mes recherches sur la réparation de vélo en France et en Australie, j’ai choisi d’investiguer plus précisément la question du genre et de la mécanique vélo et en particulier l’expérience spécifique qu’ont les femmes de la pratique de la mécanique vélo.

Le vélo est un moyen de déplacement que les femmes utilisent de manière différente des hommes, et ce depuis leur adolescence2 : notamment, elles ont plus peur pour leur sécurité34 et privilégient les pistes cyclables protégées 5 . A Lyon et à Melbourne6 , les deux villes considérés dans cette étude, les femmes sont moins nombreuses que les hommes à se déplacer à vélo au quotidien. A Melbourne notamment, les agressions sexistes des cyclistes femmes sont monnaie courante. De plus, en Australie, le port du casque obligatoire renforce l’image du vélo comme un sport dangereux plutôt que comme un moyen de transport de tous les jours, ce qui est susceptible de décourager les femmes cyclistes qu’on sait plus averses au risque.

La mécanique et les activités et emplois manuels sont aussi fortement associés à la masculinité78, et c’est notamment le cas du métier de mécanicien.ne cycles. La chercheuse Georgine Clarsen9 propose de considérer les milieux majoritairement masculins de manière différente, et de concentrer leur étude sur la mise en évidence des mécanismes d’exclusion qui entretiennent cette masculinité.

A travers la collecte de 917 questionnaires sur la réparation de vélos dans les villes de Lyon et Melbourne, et de 37 entretiens avec des femmes impliquées dans des activités de réparation, dont 10 mécaniciennes cycles professionnelles, j’ai pu caractériser les espaces de mécanique vélo comme des espaces patriarcaux et les effets que ces espaces produisent sur les femmes qui y pratiquent la mécanique vélo. Enfin, je décris quelques stratégies développées par des femmes pour asseoir leur légitimité et montrer leur compétence en mécanique cycliste.

L’environnement patriarcal de la mécanique vélo et ses effets

Cette étude met en avant plusieurs caractéristiques de l’environnement patriarcal de la mécanique vélo, et différents effets produits par celui-ci :

  • C’est un environnement très masculin. En effet, les femmes sont bien moins nombreuses à être à l’aise avec beaucoup d’opérations mécaniques (par exemple, elles sont trois fois moins nombreuses que les hommes à affirmer être assez compétentes pour enseigner à quelqu’un comment régler ses freins). Les femmes ont bien plus tendance à réparer leur vélo en magasin que les hommes (50% des femmes mais 33% des hommes), et à réparer leur vélo avec l’aide d’une de leurs connaissances (30% des femmes mais 7% des hommes). Lorsqu’il s’agit de mécanique vélo, les femmes ont donc bien plus tendance à dépendre de quelqu’un d’autre pour la réparation de vélo, et bien souvent d’un homme puisque l’immense majorité des mécanicien.nes cycles sont des mécaniciens.

Quels sont les effets de cette masculinité ? A force d’associer la mécanique vélo à la masculinité, les femmes ont moins tendance à penser que c’est quelque chose « pour elles ». Elles se sentent souvent moins concernées, voire, dans des cas extrêmes, effrayées à l’idée d’essayer de réparer leur vélo. Lors d’un entretien effectué à Lyon, une cycliste m’a raconté avoir été incitée par son mari à remplacer elle-même un câble de frein et avoir découvert la simplicité de cette action. Elle n’aurait jamais imaginé le faire elle-même. Cette masculinité s’entretient donc puisqu’il faut essayer (et échouer) pour apprendre la mécanique vélo. Cette réticence à mettre les mains dans le cambouis est donc un frein de plus pour les femmes à apprendre la mécanique vélo et devenir « vélonomes » ! La masculinité des espaces de réparation pousse aussi parfois les femmes à les éviter, à l’instar d’une cycliste qui me confiait s’être sentie mal à l’aise parce qu’elle portait une robe dans un magasin de vélo.

  • C’est un environnement où les femmes sont souvent sujettes à une attention inappropriée : remarques déplacées ou sexistes, drague lourde… Les ateliers d’autoréparation sont des lieux dans lesquels il est courant qu’un bénévole prenne les outils des mains d’une adhérente sans lui demander son avis. Il arrive aussi que les bénévoles se précipitent pour aider les adhérentes plus que les adhérents, ce qui positionne les femmes comme des objets d’attention sexuelle plutôt que comme des sujets dont le but est d’apprendre et de réparer.

Quels sont les effets de cette attention inappropriée ? Les femmes rencontrées ont souvent choisi d’éviter les lieux où elles rencontraient des remarques et attitudes déplaisantes. Lorsque ce n’était pas le cas, elles en ont grandement souffert et cela a beaucoup nui à leur pratique de la mécanique et à leur apprentissage.

  • C’est un environnement où l’expertise des femmes est niée : toutes les mécaniciennes professionnelles avec qui j’ai parlé m’ont raconté la surprise et l’incompréhension de clients qui ne s’attendent souvent pas à laisser leur vélo aux mains d’une femme. Certains préfèrent posent des questions techniques à un collègue moins qualifié plutôt qu’à elles. Leurs employeurs les poussent parfois à plutôt travailler en vente plutôt qu’en réparation, malgré leurs qualifications. Les clients refusent parfois de les croire lorsqu’elles diagnostiquent une panne, ou de croire que c’est bien elles qui sont responsable d’une réparation. Les cyclistes compétentes en réparation rencontrent aussi beaucoup d’obstacles lorsqu’elles se rendent en magasin : elles se font expliquer des choses qu’elles savent déjà, ignorer, ou on leur conseille des produits inadaptés à leur pratique en faisant l’hypothèse qu’elles ne font pas de compétition.

Quels sont les effets de ce déni d’expertise ? Certaines femmes moins expérimentées en mécanique peuvent voir leur confiance en elles remise en question par ces intéractions régulières. Quant aux plus expérimentées, notamment les mécaniciennes professionnelles, elles doivent régulièrement faire leurs preuves, et sont souvent surveillées de plus près que les hommes par leurs employeurs et client.es. Une mécanicienne en apprentissage m’expliquait par exemple qu’elle avait l’impression de représenter les autres femmes, et que son échec prouverait que les femmes sont mauvaises en mécanique. La pression résultant de ce déni d’expertise pèse donc sur les femmes, et rend leur apprentissage de la mécanique (qui requiert d’avoir la possibilité d’échouer pour mieux apprendre) plus difficile.

Stratégies de légitimation

Les femmes disposant d’une grande expérience en mécanique cycliste peuvent mettre en place des stratégies pour faire face au déni d’expertise décrit ci-dessus et pour faire reconnaître leur légitimité dans les espaces de réparation. Ces stratégies sont les suivantes :

  • S’exercer jusqu’à la perfection : les mécaniciennes ou cyclistes peuvent choisir de travailler avec acharnement pour que rien ne puisse leur être reproché, à l’image de la mécanicienne qui a reproduit la même opération mécanique des centaines de fois jusqu’à pouvoir la réaliser en quelques secondes.
  • Démonstration didactique : plusieurs femmes m’ont confié ne pas vouloir vexer leur interlocuteur lorsqu’il s’avère qu’elles sont plus compétentes qu’eux ou qu’elles sont plus expérimentées qu’ils ne le pensent. Celles-ci choisissent parfois de glisser des indices dans la conversation pour indiquer qu’elles sont des cyclistes de haut niveau. Il arrive aussi aux mécaniciennes de devoir être très pédagogues afin de convaincre des clients réticents qu’elles savent ce qu’elles font.
  • Reposer sur ses pairs : il arrive que des femmes qui voient leur expertise contestée puissent reposer sur des collègues ou supérieurs de genre masculin pour témoigner de leur expertise. Un vélociste m’a par exemple raconté qu’il arrivait que des clients refusaient d’être pris en charge par la mécanicienne qui travaillait sous ses ordres et venaient vers lui à la place. Il leur répondait immanquablement que ce n’était pas lui mais son employée qui était l’experte. Une autre femme m’a rapporté son soulagement d’être soutenue par son supérieur qui la présentait aux clients comme « notre mécanicienne ».
  • Interactions sélectives : souvent, les femmes qui voient que leur expertise n’est pas prise en compte choisissent d’éviter les endroits dans lesquelles cela se produit. Une cycliste m’a par exemple confié éviter tout magasin qui n’était pas celui qui sponsorisait son club de cyclisme pour cette raison. Une autre cycliste choisissait plutôt de présenter une attitude fermée et presque hostile pour éviter qu’on essaie de profiter de sa naïveté supposée.

Conclusion

Comme on l’a vu, les femmes cyclistes subissent une double-peine : elles sont à la fois l’objet de discriminations en tant que cyclistes et lorsqu’elles souhaitent réparer ou entretenir leur vélo. A l’heure où le gouvernement français met en place des mesures pour formaliser les formations en mécanique cycle, il est important d’enfin se poser la question de l’inclusivité de ces formations.

  1. Abord de Chatillon, M. (in-press). Feminine Velonomy: Characterising Women’s Experiences of Bicycle Repair and Maintenance within Patriarchal Contexts. In D. Zuev, K. Psarikidou, & C. Popan (Eds.), Cycling societies: emerging innovations, inequalities and governance. Routledge Studies in Environment and Sustainability series. []
  2. Sayagh, David. 2018. ‘Why Teenage Girl Have Fewer Real Opportunities to Ride a Bike than Teenagers. Sociological Approach’. []
  3. Dill, Jennifer, and Nathan McNeil. 2013. ‘Four Types of Cyclists? Examination of Typology for Better Understanding of Bicycling Behavior and Potential’. Transportation Research Record: Journal of the Transportation Research Board (2387). []
  4. Heinen, Eva, and Susan Handy. 2012. ‘Similarities in Attitudes and Norms and the Effect on Bicycle Commuting: Evidence from the Bicycle Cities Davis and Delft’. International Journal of Sustainable Transportation 6(5):257–81. []
  5. Aldred, Rachel, Bridgett Elliott, James Woodcock, and Anna Goodman. 2016. ‘Cycling Provision Separated from Motor Traffic: A Systematic Review Exploring Whether Stated Preferences Vary by Gender and Age’. Transport Reviews 37(1):29–55. []
  6. Anonyme, 2017. Cycling Participation Survey. Austroads. []
  7. Wajcman, Judy. 2010. ‘Feminist Theories of Technology’. Cambridge Journal of Economics 34(1):143–52. []
  8. Smith, Louisa. 2013a. ‘Trading in Gender for Women in Trades: Embodying Hegemonic Masculinity, Femininity and Being a Gender Hotrod’. Construction Management and Economics 31(8):861–73. []
  9. Clarsen, Georgine. 2019. ‘Of Girls and Spanners: Feminist Politics, Women’s Bodies and the Male Trades’. P. 15 in Everyday Revolutions: Remaking Gender, Sexuality and Culture in 1970s Australia, edited by M. Arrow and A. Woollacott. Canberra, Australia. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.