Veille : politiques cyclables en Europe et rapport des jeunes à l’automobile

Le vélo est à l’honneur dans les publications de Métropolitiques d’octobre 2017 avec la recension d’un ouvrage et un article questionnant la désaffection supposée des jeunes français pour l’automobile.

Le vélo dans les villes européennes : mentalités, pratiques et politiques urbaines (recension)

Marika Rupeka dresse un compte rendu de l’ouvrage Cycling Cities : The European Experience. Hundred Years of Policy and Practice paru en 2016 et composé de 14 monographies sur l’histoire des processus décisionnels dans des villes européennes (parmi lesquelles Lyon, Amsterdam ou Anvers).

Dans un second temps, l’ouvrage propose un questionnement sur les manières dont différents champs d’expertise ont contribué aux politiques de mobilité urbaine. Dans nombre de contextes spatio-temporels, les ingénieurs des transports des services d’urbanisme municipaux ont été remplacés, à partir des années 1970, par d’autres profils : des organismes de lobby du cyclisme, des associations pour la protection de l’environnement ou encore des institutions chargées de renforcer la sécurité routière.

(…)

Suivre la transformation des usages d’une même infrastructure est une troisième stratégie à laquelle les auteurs ont recouru pour révéler les conflits d’intérêts sur la scène urbaine. Les pistes cyclables en sont l’exemple le plus illustre car elles révèlent un paradoxe intéressant. Bien que ces infrastructures fussent initialement conçues pour libérer les rues des cyclistes, souvent considérés comme « indisciplinés » et « dangereux » (p. 111), le principe de séparation des flux par masse et vitesse fut progressivement admis par différents organismes. Aujourd’hui, de nombreuses associations nationales et européennes pour la promotion du cyclisme ne cessent d’exiger l’extension et la densification du réseau de pistes cyclables qu’elles font valoir comme un des meilleurs « indices de durabilité urbaine » (p. 118). Le sentiment de sécurité renforcée semble avoir permis un changement des mentalités, même si la relation absolue de ces aménagements avec la mortalité routière n’a pas été démontrée . L’ouvrage révèle aussi que la place de la bicyclette dans les débats politiques a changé : d’un mode de déplacement parmi d’autres elle est devenue, avant tout, « un outil de distinction des positions idéologiques » (p. 158).

La totalité de l’article est à lire sur Métropolitiques.

Références de l’ouvrage recensé : Ruth Oldenziel, Martin Emanuel, Adri Albert de la Bruhèze et Frank Veraart (dir.), Cycling Cities : The European Experience. Hundred Years of Policy and Practice, Eindhoven/Munich, Foundation for the History of Technology/LMU Rachel Carson Centre for Environment and Society, 2016, 256 p.

Les jeunes et la voiture, un désir contrarié ?

Yoann Démolit questionne l’idée répandue d’une désaffection des jeunes pour l’automobile. À partir de l’exploitation de quatre vagues d’enquêtes « nationales transports », représentatives de la population française et réalisées auprès d’environ 10 000 ménages en 1974, 1981, 1993 et 2008, ainsi que sur l’exploitation de l’Enquête ménages déplacements Nantes/Loire-Atlantique (2015, environ 6 000 ménages), l’auteur insiste sur le fait que cette désaffection semble être la conséquence du poids de contraintes budgétaires qui tend à différer l’accès à la voiture individuelle. La concurrence à l’automobile qu’est le vélo y est abordée brièvement.

 

Figure 4. Fréquence d’individus d’accord avec différentes affirmations selon la classe d’âge en 2015

Pour l’enquête Nantes/Loire-Atlantique, une personne a été sélectionnée aléatoirement au sein de chaque ménage pour répondre à des questions relatives aux attitudes à l’égard des modes de transports. La figure 4 donne les pourcentages d’individus qui se sentent d’accord, successivement, avec la série d’affirmations suivantes : « Il faut continuer à construire des parkings » ; « Le vélo, c’est l’avenir » ; « Limiter la voiture gêne l’activité économique » ; « Il faut continuer à développer des transports en commun » ; « Il faut réprimer plus sévèrement le stationnement interdit ». De façon notable, la plupart de ces affirmations trouvent un écho favorable, quelle que soit la classe d’âge interrogée. En particulier, le besoin du parking et – paradoxalement – le développement des transports en commun (TC) recueillent une large majorité d’avis favorables. Si le vélo est moins plébiscité à mesure que l’âge croît, son usage reste très favorablement accueilli. Deux affirmations connaissent une distribution des réponses selon un gradient opposé de l’âge : les plus âgés tendent à souscrire aux énoncés les plus répressifs, et sont plus enclins à voir dans la limitation de la circulation routière une gêne au développement économique. Qu’en conclure ? Si la majorité des individus interrogés restent favorables à l’usage de l’automobile, ils sont en même temps sensibles au développement des altermobilités, toutes classes d’âge confondues.

La totalité de l’article est à lire sur Métropolitiques.

Illustration : Lea Marzloff


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.